Fabien Bagnon (©Antoine Merlet)

Fabien Bagnon, le monsieur vélo de Lyon, se lance en politique

Figure associative depuis de nombreuses années, notamment sur la question du vélo à Lyon, Fabien Bagnon a choisi de se présenter aux élections métropolitaines de 2020 sur une liste Europe Écologie Les Verts. 

Co-président de La Ville à Vélo, fer de lance de la mobilisation citoyenne contre l'autoroute urbaine de l'Anneau des sciences, ardent défenseur d'un métro E qui irait jusqu'à la Part-Dieu et non jusqu'à Bellecour, co-organisateur des Marches pour le climat... depuis plus d'une dizaine d'années, Fabien Bagnon était l'une des figures associatives les plus volubiles à Lyon sur le terrain comme dans les médias (dont Lyon Capitale, qui lui consacra une longue interview en juin 2019).

Régulièrement, la question d'une éventuelle candidature à une élection revenait sur la table, Fabien Bagnon répondant souvent qu'il y pensait pour "2026". Au final, il aura choisi d'avancer l'échéance. Selon nos informations, il souhaite se présenter sur une liste Europe Ecologie Les Verts dans le cadre des élections métropolitaines à Lyon en 2020.

"Après 10 années d’engagements associatifs et compte-tenu de l’impérieuse nécessité de modifier rapidement et profondément nos modes de vies, de consommation, de production, de déplacements, et de gouvernance, j’ai considéré que le moment était venu de poursuivre la défense de mes convictions dans un cadre politique. Cette décision fut difficile à prendre, tant mes engagements associatifs me portent. Je devrai les mettre entre parenthèses puis les abandonner si je suis investi et élu. C’est en réalité, un bien faible sacrifice au regard de l’urgence environnementale", a-t-il précisé dans sa profession de foi, transmise à Europe Ecologie Les Verts. Fabien Bagnon présentera sa démission de La Ville à Vélo en début de semaine prochaine, renonçant à ses différents mandats associatifs. 

à lire également
Les deux journées d'expérimentation de piétonnisation en semaine à Lyon auront permis de livrer un constat implacable : à l'inverse des samedis, ce mercredi et jeudi, les piétons n'étaient pas les bienvenus au milieu de la route. Les conducteurs n'ont pas lâché leur domaine.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut