Euronews
© Tim Douet

Euronews mise sur le digital

Le nouvel actionnaire égyptien et le CEO de la chaîne de télé européenne ont présenté leur plan de développement : pleins gaz sur le numérique et le débat d’opinion.

Le nouvel actionnaire égyptien d’Euronews, Naguib Sawiris, et le CEO d’Euronews Michael Peters, lors de la conférence de presse d’inauguration du nouveau siège de la chaîne, le 15 octobre 2015, à Lyon © Tim Douet

© Tim Douet
Naguib Sawiris et Michael Peters, le 15 octobre 2015, à Lyon.

La chaîne de télévision européenne multilingue Euronews inaugurait jeudi soir son nouveau siège à la Confluence. Un cube vert de 10 000 m2 répartis sur 6 niveaux, qui accueillera les 800 collaborateurs internationaux d'Euronews.

"Le projet est conçu comme un immense parallélépipède transpercé par deux atriums coniques introduisant la lumière et l'air, explique Dominique Jakob, du duo d'architectes Jakob & MacFarlane, créateurs du bâtiment. Symboliquement, ces deux cônes apparaissent comme deux grands yeux ou deux grandes oreilles tournés vers le monde, une image qui résonne avec le rôle d'observateur du monde d'Euronews."

C'était surtout l’occasion de présenter officiellement le nouvel actionnaire, Naguib Sawiris. L’homme d’affaires égyptien avait cet été procédé à une augmentation de capital de 35 millions d’euros via la société Media Globe Networks (MGN*), qui est gérée par la famille égyptienne Sawiris et que lui-même préside. En contrepartie, il possède 53 % du capital d'Euronews.

* Société de droit luxembourgeois, filiale de Marchmont Ltd, immatriculée dans le paradis fiscal des îles Caïman.

Naguib Sawiris : “Ne me prenez pas pour plus bête que je suis !”

Naguib Sawiris, actionnaire d’Euronews, à Lyon le 15 octobre 2015 © Tim Douet

© Tim Douet
Naguib Sawiris, actionnaire d’Euronews, à Lyon le 15 oct. 2015.

Héritier du conglomérat Orascom avec ses frères, Naguib Sawiris, 61 ans, s'est imposé dans les télécoms en Afrique dans les années 2000. Aujourd'hui, son empire est largement diversifié, incluant des chaînes de télévision et des journaux. Celui dont la fortune est estimée à 2,6 milliards d'euros est aussi le fondateur du Parti des Égyptiens libres.

Son nom a largement buzzé dans les médias début septembre, quand Naguib Sawiris a proposé à la Grèce et à l'Italie de leur acheter une île pour accueillir les migrants de Méditerranée.

Accompagné de Michael Peters, le volubile CEO (chief executive officer, directeur général en français) d'Euronews, Naguib Sawiris a été au centre des questions des journalistes français et étrangers lors du point presse organisé par la chaîne.

Première info (qui était prévisible) : Naguib Sawiris a été élu nouveau président du conseil de surveillance d'Euronews. Autrement dit, la stratégie générale de la société, c'est lui.

Bousculé par les journalistes français et étrangers qui s’étaient déplacés pour le rencontrer, le dixième homme le plus riche d’Afrique a paru quelque peu agacé par les questions sur l'indépendance éditoriale d'Euronews. "Dans mon pays, il y a une chaîne télé dont le propriétaire a décidé d'interférer et de donner une information orientée. Depuis, plus personne ne regarde cette chaîne, car la confiance a été cassée. Dès que le spectateur sent la moindre interférence, il ne regarde plus la chaîne. Si vous estimez que je suis un homme d'affaires avisé et averti, ne me prenez pas pour plus bête que je suis et que je vais aller dans cette voie", a répondu Naguib Sawiris.

Et Michael Peters de mettre un terme au sujet : "J'ai vingt-quatre actionnaires publics. Pour les convaincre, ils n'ont pas dit oui sur la base de jolis mots, on leur a donné des garanties."

Le financement atypique d’Euronews
Euronews est une chaîne low cost, a coutume de dire Michael Peters, son président du directoire. Avec un budget de 75 millions d'euros, Euronews fait également figure de Petit Poucet dans le monde audiovisuel, plus habitué à jouer avec les centaines de millions.
21 groupes audiovisuels publics et trois collectivités locales (métropole de Lyon, région Rhône-Alpes et département) amènent moins de 5 % du budget. La Commission européenne verse 24,7 millions d'euros (32,9 %), soit plus de 240 millions depuis la création d'Euronews en 1993. Le reste vient des recettes publicitaires, dont aucun chiffre ne nous a été communiqué, et du nouveau patron Naguib Sawiris.

Le digital, pierre angulaire d’Euronews

Paolo Garimberti, président du conseil éditorial d'Euronews, Naguib Sawiris et le CEO Michael Peters, à Lyon, le 15 octobre 2015 © GL

© GL
Paolo Garimberti, Naguib Sawiris et Michael Peters, à Lyon, le 15/10/2015.

Ces garanties, c'est la mise en place d'un conseil éditorial présidé par le journaliste Paolo Garimberti, ancien président de la chaîne de télévision italienne Rai (également actionnaire d'Euronews à 9,66 %). "Parfois, je voudrais un journalisme un peu plus agressif, car c'est bien d'être objectif, mais c'est l'opinion qui fait le débat."

Demande parfaitement entendue par Michael Peters, qui a présenté dans les grandes lignes son plan Marshall : “Euronews Next”.

"Le nouveau plan repose sur deux fondements : d'abord, le contenu. On a aujourd'hui une limite : notre contenu manque de caractère. Beaucoup de pure-players se sont mis sur le créneau de l'info pure. Or, ce n'est plus un facteur différenciant. Il faut donc repenser la manière de faire du contenu, trouver une façon de produire de l'information qui fasse plus de sens. Ensuite, le digital. Nous allons totalement repenser la chronologie de consommation de l'information. Aujourd'hui, le modèle, c'est un push alerte sur mobile, ensuite sur l'appli, ensuite le Net, etc. Il faut que nous repensions notre modèle global de l'information."

10 millions d’euros de pertes par an

Pour le nouvel actionnaire et président du conseil de surveillance égyptien, l'objectif est clair : "Dans trois ans, Euronews doit devenir autosuffisante", allusion aux 10 millions d'euros que perd la chaîne chaque année**. Je ne suis pas du genre à aimer perdre de l'argent. Mon palmarès dans la vie contient très peu d'échecs. Je suis persuadé qu'Euronews a un énorme potentiel. Si nous arrivons à réorienter les aspects financiers et commerciaux de l'entreprise, la chaîne pourra être encore là dans dix, vingt ou trente ans."

** Chiffres communiqués par Naguig Sawiris.

Et de conclure : "La valeur d'Euronews va croître énormément. C'est ma seule motivation." Plus de pubs ? Le sujet est en réflexion. Mais plus de publicité serait aussi moins d'indépendance éditoriale...

Lyon-Capitale-Octobre-2015-N-748_small2 ()

Pour aller plus loin, lire notre enquête “Naguib Sawiris, le milliardaire qui mise sur Lyon” dans le mensuel Lyon Capitale d’octobre, en vente en kiosques

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut