soleil été chaleur météo
©Tim Douet

Été 2018 : un climat méditerranéen à Lyon

Après 17 jours de canicule, et des températures anormalement élevées tout l’été, le climat estival lyonnais pourrait être qualifié de "méditerranéen".

A la suite des fortes chaleurs, les températures normales de saison semblent de retour à Lyon. Les spécialistes sont formels, l’été 2018 aura été l’un des plus chauds depuis 1950. C’est l’été 2003 qui reste indétrônable avec des températures anormalement élevées. Cette année pourtant, 17 jours de canicule ont été enregistrés, soit un jour de moins que l’année dernière. Le Progrès affirme que depuis 2004, 109 jours de canicule ont été comptabilisés dans le Rhône, ce qui en fait le premier département de France à compter autant de journées caniculaires.

Interrogé par Le Progrès, Christophe Mertz, météorologue prévisionniste pour Météo News explique que cette année les températures étaient excédentaires, c’est-à-dire supérieures aux normales de saison, pour sept mois sur huit. Il a mesuré un écart de 2,2°C supplémentaires pour le mois de juin, 2,9°C en juillet et 4,4°C supérieurs aux normes pour le mois d’août. "Globalement, la température moyenne s’est réchauffée d’environ 1°C à Lyon depuis 30 ans", précise le spécialiste. Une tendance qui pourrait mener la capitale des Gaules à avoir un climat plus "méditerranéen".

Le département du Rhône est toujours en alerte sécheresse, ce qui signifie que tous les cours d'eau du Rhône et de la métropole lyonnaise, à l'exception du Rhône et de la Saône, sont soumis à des restrictions. "La mise en place de la situation d’alerte se traduit par des mesures de réduction de prélèvement dans les eaux superficielles et dans les eaux souterraines. Elle permet d’anticiper toute dégradation permettant de préserver les usages prioritaires et la survie des écosystèmes aquatiques. [...] Il est demandé à chacun d’adopter les bons réflexes pour une gestion économe de l’eau (lutte contre les fuites…) que ce soit à partir des prélèvements dans les cours d’eau ou à partir des réseaux de distribution d’eau publics. Chaque citoyen doit être vigilant et faire preuve de civisme pour éviter de porter atteinte à la ressource en eau, bien précieux pour tous les usagers", pouvait-on lire dans le communiqué de la préfecture du Rhône envoyé le 16 août.

à lire également
Sapeurs-pompiers Rhône
Inondations et coulées de boue au printemps ou mouvement de terrain consécutif à la sécheresse : un arrêté ministériel a été publié au journal officiel pour déterminer dans quelles communes l'état de catastrophe naturelle est reconnu par l'Etat. Les vidéos de maison sous l'eau avait inondé la toile après les violents orages. Trois communes du Rhône […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut