Bruno bernard grégory doucet
Grégory Doucet et Bruno Bernard, maire de Lyon et président de sa métropole. (@NC)

Et si… le Gonette gate avait raison des écolos ?

Le soutien des exécutifs écologistes à la Gonette ont interpellé la Chambre régionale des comptes mais surtout leurs opposants.

Le feuilleton de l’été ne se jouera peut-être pas au palais Bourbon pour tenter de dégager une majorité parlementaire. À Lyon, la majorité municipale est pointée du doigt par la chambre régionale des comptes pour son soutien à la Gonette, une monnaie alternative et non spéculative portée par une association et qui bénéficie du soutien des écologistes. Ce n’est certainement pas l’affaire du siècle mais elle est révélatrice d’une forme de légèreté dans l’exercice du pouvoir de la part des écologistes qui, pensant bien faire, se sont peut-être mis dans le pétrin.

À la Ville de Lyon comme à la Métropole, des élus de la majorité écologiste ont pris part à des votes attribuant des subventions à l’association. Une situation qui fait fatalement naître un conflit d’intérêts. La chambre régionale des comptes pointe une association dont le modèle économique est incertain avec une baisse constante du nombre d’adhérents en même temps qu’une hausse importante des financements publics. “Cette gestion défaillante est complétée par le risque d’un conflit d’intérêts concernant Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon, et sa première vice-présidente, Émeline Baume. Ils auraient été propriétaires du local de l’association jusqu’en avril 2021, tout en votant des subventions d’appui à La Gonette”, pointe le groupe d’opposition Pour Lyon à la Métropole de Lyon. À la Ville, Valentin Lungenstrass, adjoint, est adhérent de cette association. Malgré les alertes de la chambre régionale des comptes, la Ville de Lyon a réassuré son soutien à la Gonette.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
tiktok
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut