hôtel de ville place de la Comédie
© Eliot Lucas

Elections à Lyon : métropole, municipale, vous êtes perdus ? Explications

Les 15 et 22 mars 2020 auront lieu les élections municipales à Lyon. Mais aussi les élections métropolitaines. Ainsi, les Lyonnais mais aussi les habitants de la Métropole sont invités à voter 2 fois le même jour. Pour deux listes différentes. Pour la 1ère fois. Explications.

Bon, ok, il y a des élections en 2020. Mais c'est quoi cette Métropole ? Mais alors qui est candidat à quoi ? Où ? On va donc voter deux fois ? Le même jour ? Mais à quoi va servir notre maire ? Beaucoup de Lyonnais, et habitants de la Métropole de Lyon, sont un peu perdus à quelques semaines des élections. C’est normal, le système a changé. Et pour la première fois, en 2020, ils vont voter le même jour pour une liste pour les élections municipales et pour une autre liste pour les élections métropolitaines.

Ainsi, par exemple, l’actuel maire de Lyon, Gérard Collomb, n’est pas candidat à sa succession à la mairie de Lyon. Mais à la présidence de la Métropole de Lyon. La Métropole, c’est quoi ? Elle existe depuis 2015 (quelques mois après les dernières élections). Anciennement, c’était le Grand Lyon. Encore plus avant, la COURLY. En 2015, donc, le Grand Lyon (qui regroupe 59 communes dont Lyon, Villeurbanne, Vénissieux, Oullins etc…), alors communauté urbaine, a absorbé les compétences du département du Rhône sur son territoire pour devenir la Métropole de Lyon. Avec donc des pouvoirs très élargis (c'est à la Métropole que se concentre la guéguerre Collomb-Kimelfeld) et un changement de statut. La Métropole de Lyon est désormais une collectivité territoriale. Comme un département ou une région.

Municipales et métropolitaines, deux listes différentes

Pour les municipales, rien ne change. Vous voterez, comme avant, pour votre maire dans une élection de listes paritaires à deux tours. La liste arrivée en tête au 2e tour obtient automatiquement la moitié des sièges. L’autre moitié des sièges est répartie entre toutes les listes qui restent en lice au 2e tour et qui ont obtenu plus de 5 % à la proportionnelle (la liste arrivée en tête comprise). Cela donne un très net avantage, en nombre de sièges, à la liste arrivée en tête.

Pour les métropolitaines, en revanche, ça change. Lors de l’élection de 2020, il y aura 150 conseillers métropolitains à élire dans 14 circonscriptions. Car les 59 communes de la Métropole ont été regroupées en 14 circonscriptions. En fonction notamment du nombre d’habitants. Lyon, la commune la plus peuplée, comptera par exemple 6 circonscriptions (sur les 14), Villeurbanne sera à elle seule 1 circonscription. La circonscription Val-de-Saône regroupera quant à elle de nombreuses communes du nord de Lyon (car moins peuplées).

Une élection au suffrage universel direct à la Métropole, une première

Un nombre de sièges a été attribué pour chaque circonscription. Toujours en fonction du nombre d’habitants. Ainsi, la circonscription Villeurbanne enverra 17 élus siéger à la Métropole (sur les 150 en tout). La circonscription Val-de-Saône comptera 14 élus. Lyon, avec les 6 circonscriptions, enverra 55 élus à la Métropole. Au total, plus du tiers des élus à la Métropole seront issus des circonscriptions lyonnaises.

Vous voterez selon le même modèle que pour les municipales. Dans une élection de listes paritaires à deux tours. La liste arrivée en tête au 2e tour obtient automatiquement la moitié des sièges. L’autre moitié des sièges est répartie entre toutes les listes qui restent en lice au 2e tour et qui ont obtenu plus de 5 % à la proportionnelle (la liste arrivée en tête comprise).

Arriver en tête dans les circonscriptions, c'est capital

Pour les candidats, arriver en tête est très important. Avec ce type de scrutin, l’avantage est certain en arrivant en tête dans le maximum de circonscriptions. Par exemple, à Villeurbanne, la liste qui arrivera en tête devrait empocher 13 sièges sur les 17 en jeu. C’est considérable. Même si elle ne devance la 2e liste que de quelques voix, que de 1 ou 2 %. Le jeu des alliances sera donc sans doute déterminant entre les 2 tours (si une liste n'est pas élue à la majorité absolue au 1er tour évidemment).

A noter également que l’élection pour le président de la Métropole (élu par les 150 conseillers) aura lieu avant l’élection pour le maire de Lyon. Il n’est donc pas à exclure, par exemple, qu’un candidat battu à la présidence de la Métropole de Lyon se reporte quelques jours plus tard sur l’élection à la mairie de Lyon. Mais pour que cela soit possible, il faut aussi qu’il soit candidat aux municipales, évidemment. Car en 2020, pour la 1ère fois, et c’est le changement principal, les deux élections sont clairement distinctes.

1 commentaire
  1. vieux caladois - 10 novembre 2019

    vous fournissez la boussole ?

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut