Dans une unité psychiatrique lyonnaise © Tim Douet
Dans une unité psychiatrique lyonnaise © Tim Douet
Article payant

Droit de réponse à l'article "Psychose au Vinatier" de Lyon Capitale

Suite à la publication de notre enquête "Psychose au Vinatier", dans notre numéro de mai 2018, actuellement en kiosque, les professeurs Thierry d’Amato, Thierry Bougerol, Georges Brousse, Caroline Demilly, Eric Fakra, Nicolas Franck, Isabelle Jalenques, Pierre-Michel Llorca, Catherine Massoubre, Mircea Polosan, Emmanuel Poulet, Mohamed Saoud, le Docteur Beanjamin Rolland ainsi que l'Unafam 69 et l'Unafam Auvergne-Rhône-Alpes nous ont adressé un courrier que nous publions conformément à nos habitudes sans faire de commentaire.

En réaction à l’article "PSYCHOSE AU VINATIER" de Guillaume LAMY paru dans le n° de mai 2018 de LYON CAPITALE, l’ensemble des médecins universitaires de psychiatrie de l’adulte de Lyon et de la région Auvergne-Rhône-Alpes ont souhaité s’exprimer en concertation avec les délégations régionales de l’Union Nationale des Amis et Familles de personnes Malades et/ou handicapées psychiques (UNAFAM), considérant que cet article portait atteinte à l’intérêt des usagers de la psychiatrie et de leurs proches. En effet, l’article véhicule de notre point de vue une stigmatisation des usagers de la psychiatrie et égrène un certain nombre de contre-vérités et de points-de-vues partiaux dont certains peuvent induire le lecteur en erreur et dans lesquels nous ne reconnaissons pas la psychiatrie et ses usagers en 2018.

Il vous reste 91 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Agriculteur traitant un champ aux pesticides – région de Lille, 2016 © Denis Charlet / AFP
ARCHIVE – En 2012, avec 60 000 tonnes de pesticides vendues, la France était le 3e consommateur mondial de produits phytosanitaires. Pour savoir à quel point nous sommes exposés aux pesticides dans notre quotidien, Lyon Capitale avait confié à un laboratoire alsacien des mèches de cheveux de huit habitants de la région lyonnaise, d’âges et de profils variés. Résultats des tests.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut