Don de sang : les réserves sont minces en Auvergne-Rhône-Alpes

La région Auvergne-Rhône-Alpes ne dispose que de neuf jours d'autosuffisance en poches de sang. Une collecte est organisée jusqu'à ce samedi soir au Palais de la Bourse.

Neuf jours. La région Auvergne-Rhône-Alpes ne dispose que de neuf jours de réserve de poches de sang. Idéalement, elle devrait en compter quatorze. Pour répondre aux besoins quotidiens en sang des malades chroniques et des personnes atteintes par le cancer, elle a en effet besoin de 1 400 dons par jour. En France, le compteur grimpe à 10 000 poches de sang par jour. La région compte d’ailleurs parmi celles qui dépannent le plus les autres banques de sang régionales.

900 collectes mobiles sont par exemple organisées chaque année dans le Rhône tandis qu’à Lyon, la Maison du don accueille 400 personnes par jour.

« Il y a toujours un manque à compenser. Quand les réserves baissent, on déclenche des mécanismes pour solliciter les donneurs », explique Vincent Bost, médecin responsable des prélèvements dans le Rhône. Si le plasma peut être conservé congelé pendant plusieurs mois, les poches de sang ne sont viables que pendant 42 jours. L’Établissement français du sang recherche majoritairement des donneurs des groupes A négatif, peu nombreux, et O négatif, dont le sang peut être transfusé à l’ensemble de la population. « En cas d’urgence, quand on n’a pas le temps de tester le groupe sanguin d’un patient, on donne des poches de sang O négatif. Mais bien sûr tous les dons sont les bienvenus », ajoute le médecin.

L’EFS a besoin de donneurs nouveaux et réguliers

En moyenne, les donneurs de sang inscrits dans les fichiers de l’EFS se déplacent 1,7 fois par an sur les collectes organisées. Si la grande collecte annuelle organisée au Palais de la Bourse jusqu’à ce soir doit permettre d’attirer 30 % de nouveaux donneurs, l’objectif est aussi d’encourager les donneurs à plus de régularité. « Dans l’idéal, on aimerait que les donneurs puissent venir deux à trois fois par an, pour qu’il y ait un roulement. Quand une personne donne son sang, elle ne peut pas recommencer tout de suite », continue Vincent Bost. En 2017, les réserves de sang en Auvergne-Rhône-Alpes ont par exemple été suffisantes sur le plan numérique, mais les dons trop irréguliers. Or le besoin est constant. Pour l’heure, 12 000 personnes sont attendues sur les deux jours de la collecte Mon Sang pour les Autres.

Mon Sang pour Les Autres - Lyon
Samedi 20 janvier de 10h30 à 17h30
Palais de la Bourse, CCI de Lyon - Place de la Bourse - Lyon 2

à lire également
Les Hospices Civiles de Lyon ont annoncé hier pouvoir désormais utiliser une nouvelle machine sur les personnes en arrêt cardiaque. Une grande nouveauté qui pourra sauvée des vies à l’extérieur des blocs opératoires où elle était jusqu’à là restreinte. Après Paris, il est maintenant possible de poser à Lyon une circulation extracorporelle sur des patients.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut