pillage-C-Robin-Favier_image-gauche

Deux nouveaux "casseurs" arrêtés, une soixantaine identifiable

@ Robin Favier - Scène de pillage chez Brioche-Dorée, rue de la République, le 19 octobre 2010 à 10h30.

Mercredi 15 décembre, la police lyonnaise a arrêté deux "casseurs". Deux mineurs de 15 et 16 ans qui ont reconnu avoir participé au pillage de la Sellerie Victor-Hugo, le 19 octobre dernier. Chez eux, les forces de l'ordre ont retrouvé plusieurs portefeuilles, sacs et articles de maroquinerie. A ce jour, la police lyonnaise parle d'une soixantaine de "casseurs" identifiables grâce à la vidéo-surveillance urbaine, plus d'une cinquantaine restent à interpeller.

11h30, mardi 19 octobre. Un millier de jeunes affrontent les forces de l'ordre place Bellecour au centre ville de Lyon. Brusquement un groupe se détache, une centaine de jeunes se met à courir et déferle rue Victor-Hugo. En quelques minutes, plusieurs vitrines de magasins sont brisées, plusieurs commerces pillés : France Arno, Micromania, la Sellerie Victor-Hugo subissent des dégâts considérables tel un nuage de criquets sur un champ de blé. Ce que les jeunes oublient, c'est que les caméras de vidéo-surveillance veillent. Et Lyon, en la matière, est plutôt en pointe.

Deux mineurs de 15 et 16 ans arrêtés

C'est ainsi que mercredi 15 décembre, pour la deuxième fois en quinze jours, les policiers sont allés cueillir chez eux deux jeunes "casseurs". Deux jeunes de 15 et 16 ans, domiciliés à Vénissieux, "qui se croyaient à l'abri". Selon les forces de l'ordre, "ils ont reconnu avoir participé à ce pillage, avoir volé des portefeuilles, un sac à main et divers articles de maroquinerie à la sellerie Victor-Hugo". L'un d'eux a également été mis en cause dans le vol d'un des autres magasins de la rue. Les policiers ont retrouvé chez lui un article venant de chez France Arno, un sac à main.

20 délits et 60 individus identifiables grâce la vidéo-surveillance

Sur cette affaire, les policiers ont enquêté à partir de faits, en l’occurrence le "vol en réunion" commis à la Sellerie Victor-Hugo, un délit passible de cinq ans de prison. Ils ont ensuite vérifié s'ils pouvaient reconnaître les auteurs sur les images de vidéosurveillance urbaine. Puis, ils ont mobilisé les commissariats de l'agglomération afin de reconnaître les visages identifiés sur les vidéos. Bingo, ces deux-là étaient connus des services de police. Des noms ont été rapidement mis sur leurs visages.

"De toute façon, on les gaulera !"

Depuis début novembre, une cellule d'investigation spéciale a été mise en place à l'hôtel de police de Lyon, rue Marius Berliet, dans le 8e. Elle mobilise deux policiers de chaque commissariat central de l'agglomération (Est, Centre et Ouest) et deux enquêteurs de la sureté départementale qui travaillent exclusivement à retrouver les "casseurs". A cette date, les policiers disent avoir mis à jour une vingtaine de faits "pénalement répréhensibles" : retournement de voiture, jets de pierre sur les forces de l'ordre, vol en réunion, etc. Ils parlent également d'une soixantaine d'individus, auteurs de ces faits, reconnaissables sur ces images. Reste à mettre un nom sur leurs visages, certains sont déjà identifiés et seront interpellés prochainement.

A cette date, six casseurs ont été arrêtés grâce à la cellule d'investigation. Deux le 2 décembre pour avoir participé au retournement de deux véhicules sur la voie publique (lire par ailleurs). Ajoutés aux deux arrestations de ce mercredi, et à deux autres, issus d'une enquête ouverte pendant les émeutes, cela porte à six le nombre de "casseurs" interpellés. La Sureté départementale promet "bientôt, d'autres développements". Arrestations et présentations au parquet seront "ventilés dans le temps", précise Albert Doutre, patron de la Sécurité publique. "De toute façon, on les gaulera", concluait le préfet du Rhône, jeudi matin. Jean-François Carenco recevait les médias à l'occasion d'un point presse sur la sécurité départementale. Un peu plus d'une cinquantaine de "casseurs" resterait donc à interpeller.

à lire également
McDo Lyon Tim
Un Lyonnais de 33 ans a été arrêté vendredi à son domicile dans le 8e arrondissement. Il est accusé d'avoir menacé de mort une caissière et d'avoir évoqué "Daech". Un Lyonnais de 33 ans a été arrêté à son domicile du 8e arrondissement de Lyon ce vendredi. Il s'était rendu au restaurant McDonald du cours […]
2 commentaires
  1. corgnolon - 16 décembre 2010

    Nous sommes heureux d'apprendre que la video surveillance urbaine ne dissuade pas les délinquants comme cela nous a été vendu. Elle sert donc à reconnaître des récidivistes qui ont à nouveau récidivé puisque déjà connus des services de police.Une video surveillance urbaine braquée pile poil sur la maroquinerie pillée avec les visages de face des pillards non encagoulés et non écharpés avec peut être sourire en prime, ça fleure bon la communication des pays de l'est pour une propagande sécuritaire.

  2. bruno - 17 décembre 2010

    à l'intention de Robin Favier : sauf erreur de ma part je crois qu'il est interdit par la loi de publier des photos non floutés de mineurs commettant des délits.

  3. corgnolon - 17 décembre 2010

    à l'intention de bruno : sauf erreur de ma part je crois qu'il est interdit par la loi de piller des commerces même par des mineurs.

  4. arnaud l - 17 décembre 2010

    Vous avez raison Bruno, il est interdit de publier ce genre de photos sans l'autorisation des personnes qui se trouvent dessus...En fait Bruno, vous avez tort, ce n'est absolument pas interdit, sinon, on ne passe plus aucune image des manifestations lycéennes par exemple, car souvent elles ne sont pas déclarées, les mineurs n'ont pas l'autorisation de leurs parents et les participants n'ont pas signé d'autorisation écrite, contresignée par leurs représentants légaux admettant qu'ils acceptent expressément d'être représentés sur un média. En brandissant ce type de menace à un site d'information, vous vous rendez complice de ceux qui menacent la liberté de la presse en cherchant à intimider les médias et les journalistes.Chiche? On attend que l'un des intéressés porte plainte contre Lyon Capitale?Après tout, ce serait parfaitement son droit.

  5. lyonnais - 17 décembre 2010

    Ce devait être des touristes venant de pays sous développés et ne sachant pas qu'en France il est interdit de se servir dans les rayons des magasins sans payer à la sortie(lol). -Il faut les relâchés ces gentilles personnes qui nous apportent leurs devises de monnaies de singe.Sinon, mais où est Berth- ? Je ne la vois pas.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut