Capture d’écran 2012-10-18 à 17.19.15

Deux journalistes de TLM agressés à Vénissieux

Deux journalistes reporters d'images qui travaillaient à Vénissieux se sont fait violemment intimider lundi dernier aux Minguettes à Vénissieux, après le meurtre d'un jeune homme deux jours plus tôt. L'un d'eux a été légèrement blessé. Une enquête a été ouverte.

Les Minguettes, zone de non-droit ? Après le fait divers du week-end dernier -plusieurs jeunes se sont battus dont l'un d'eux a été tué d'un coup de couteau au pied d'un immeuble-, les secteurs Lénine et Léo Lagrange sont toujours sous tension. Les CRS ne quittent plus le quartier depuis dimanche. Ils seront en poste jusqu'à la fin de la semaine, selon la Direction départementale de la sécurité publique.

Aussi dimanche, dans la journée, lorsque le journaliste d'astreinte à Télé Lyon Métropole se rend dans le quartier tourner des images, il se fait prendre à partie par quelques habitants. Ceux-ci le forcent à remballer son matériel, sous peine de le détériorer ou de le dérober. Ils le raccompagnent sous escorte jusqu'à la sortie du quartier, leur territoire.

Le lendemain, lundi dernier, deux journalistes reporters d'images de la chaîne de télévision lyonnaise se rendent à nouveau dans le quartier. Le matin. Ils pensent que le calme sera revenu, ou que les jeunes dormiront encore. Mais une voiture leur rentre dedans par derrière. Le conducteur est légèrement blessé, un léger coup du lapin. Son coéquipier s'en sort indemne. Les journalistes n'ont pas le temps de relever le numéro de la plaque de la voiture, apparemment dissimulée selon la police. Excédés, les journalistes décident de porter plainte au commissariat qui ouvre une enquête.

Depuis les langues se sont déliées dans la profession. Le Progrès a publié un écho et la rédaction de France 3 Rhône-Alpes avoue avoir été victime de jets de pierre. La direction de la Sécurité publique n'a guère d'indices pour retrouver les agresseurs. Elle ne dispose d'aucun signalement précis et les recherches sur la vidéosurveillance du quartier n'ont rien donné selon nos informations.

Le quartier reste sous tension. Une enquête a été ouverte lundi pour homicide volontaire. L'auteur présumé du coup de couteau mortel est sous le coup d'un mandat de dépôt. Les forces de l'ordre ont eu du mal à l'interpeller samedi soir. Il a failli être lynché par les habitants après avoir porté le coup présumé fatal à la victime, un autre jeune homme âgé de 20 ans.

à lire également
Les enseignants syndiqués du lycée Jacques Brel de Vénissieux critiquent sévèrement l'intervention policière du jeudi 6 décembre, au cours de laquelle un élève a été gravement blessé par un projectile lancé par les forces de l'ordre. Ils pointent une utilisation disproportionnée de la force.
2 commentaires
  1. Sophie_Lyon - 18 octobre 2012

    Force doit rester à la loi, les quartiers ne doivent pas être des zones de non droit; que la Police fasse son boulot et que les personnes agressées portent plainte.

  2. gone63 - 18 octobre 2012

    Si tout le monde faisait aussi bien son boulot que la police, on en serait pas la. Si la justice faisait le sien en appliquant les peines, et si nos prisons n'étaient pas des clubs méd (encore pire pour la prison de mineur de Meyzieu ou les jeunes foutent le bordel si ils ont pas le dernier jeu vidéo à la mode, anecdote véridique).Si seulement on arrêtait le monde des bisounours, cachés derrière les droits de l'homme, on ne punit plus.Si un jeune récidiviste allait cassé quelques cailloux. Argh des travaux 'forcés'. Et si il passait quelques temps au 'trou' avec de l'eau et du pain sec. Argh un cachot... Bizarre j'ai vécu cela à l'armée à l'époque et j'en suis pas mort, bien au contraire, ca m'a largement remis dans le droit chemin.Bref on ne lutte pas contre des bandes ultra violentes et autres avec des mesurettes, rappels à la loi, contrôle judiciaire, prison club med ou ils apprennent à passer à l'étape supérieure de la délinquance...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut