Déneigement : bientôt des copeaux de bois à la place du sel ?

Le groupe des Verts a critiqué lundi 15 février la gestion de l'enneigement de la voirie par la majorité socialiste du Grand-Lyon. Les écologistes ont demandé au président d'épandre des copeaux de bois à la place du sel. Ineptie ou solution d'avenir ? Les services ont promis d'étudier la question avant l'été.

Lundi soir se tenait le conseil communautaire mensuel, c'est à dire l'assemblée des 155 élus des 57 communes du Grand Lyon. A l'occasion des questions ouvertes à la fin de la séance, le groupe des Verts a pris la parole, interrogeant le président Collomb sur l'opportunité d'épandre du sel sur les chaussées, en cas de neige.

Un poison pour les grands feuillus

Emeline Baume, conseillère communautaire, a déclaré que “le sel répandu sur les 2 600 km de voirie du Grand Lyon peut atteindre des quantités très importantes“. Selon elle, “3 000 tonnes de sel provenant notamment d'Afrique ou d'Espagne“ ont ainsi été répandues sur les chaussées du Grand Lyon “depuis le début de l'hiver hiver“. Problème selon les écologistes : une grande partie du sel se retrouve projetée sur les arbres sous forme “d'aérosol et d'embruns“, du fait du passage des voitures. Les conséquences pour les grands feuillus lyonnais et le sol seraient catastrophiques. Selon Emeline Baume, “le chlorure de sodium {provoquerait} une dégradation des propriétés du sol et un empoisonnement des arbres par les racines“.

Les écologistes prônent plutôt des procédés alternatifs comme l'épandage de copeaux de bois testé cette année dans la ville de Berne, en Suisse. Cette solution favoriserait l'adhérence des piétons selon Emeline Baume ainsi que la fonte de la glace, tout en étant totalement écologique. Les copeaux sont récupérés dans les scieries, très peu corrosifs. Et contrairement au sel, à la fin de l'hiver, ils sont évacués naturellement par les eaux de pluie et retraités dans les boues des stations d'épuration. Enfin, cette solution aurait des avantages économiques, “alors que le salage doit être répandu trois fois par jour, l'épandage de plaquettes de bois sécurise immédiatement les trottoirs et les routes pendant 5 jours“ font valoir les verts.

"Le coup de copeau de bois"

Thierry Philipp s'est engagé à étudier la question. “Une délibération sera rendue avant l'été sur cette question“ a promis le 14ème vice-président du Grand Lyon, délégué à la Collecte, au traitement et à la valorisation des déchets, ainsi qu'à la propreté. Mais le maire socialiste du troisième a d'ores et déjà agité la menace du risque de saturation des stations d'épuration et le coût élevé du balayage des trottoirs à la fin de l'hiver. Gérard Collomb, président du Grand Lyon, a quant carrément perdu patience : “vous savez, on a des services qui réfléchissent, ce n'est pas la peine de nous refaire à chaque fois le coup du copeau de bois“. Le maire de Lyon a également rappelé que cette solution convenait uniquement pour les trottoirs et que leur déblayage, jusqu'à nouvel ordre, relevait de la seule responsabilité des riverains.

à lire également
Eau de Lyon – Champ captant de Crépieux-Charmy © Tim Douet
“Corruption”, “trafic d’influence”, “contrats léonins”... Lorsque l’on évoque le marché de l’eau, les qualificatifs ont la vie dure. Pourtant, depuis dix ans, la situation a évolué. À Lyon, la bataille de l’eau aura bien lieu en 2019 et les acteurs sont déjà positionnés sur un terrain largement transformé.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut