Déclassement A6/A7 : un "jour historique" pour Gérard Collomb

C'est officiel, le décret du 27 décembre portant le déclassement des sections de l'A6 et de l'A7 qui traversent l'agglomération a été publié aujourd'hui. "Une étape fondatrice du processus qui conduira à détourner le trafic de transit" pour la préfecture, et un "jour historique" pour Gérard Collomb.

"L'autoroute A6/A7 qui asphyxie Lyon est déclassée par le Gouvernement. Un jour historique pour notre ville !" annonce fièrement Gérard Collomb sur son compte Twitter. Il ne restait plus que quelques jours avant que son annonce en juin dernier sur un déclassement "avant la fin de l'année" ne s'avère fausse. C'est désormais officiel, sont "déclassées de la catégorie des autoroutes dans le département du Rhône, les sections et les bretelles des autoroutes A6 et A7 traversant l'agglomération lyonnaise, situées entre Limonest au Nord, au niveau de l'échangeur n°33 de l'A6 dit "de la Garde"[...] et Pierre Bénite au Sud, au niveau de l'échangeur avec l'autoroute A450". Un décret qui tombe donc à pic, en particulier quand la ville de Lyon est confrontée à un épisode de pollution particulièrement long.

L'Etat garde un droit de regard

La préfecture du Rhône a également salué par un communiqué "une étape fondatrice du processus" et annonce que dès que le conseil de la Métropole de Lyon aura délibéré sur l’intégration de cette section dans sa propre voirie, le préfet de région "prendra un arrêté en ce sens avec effet au plus tard au 1er novembre 2017 afin de permettre une transition harmonieuse entre les équipes d'exploitation de l'Etat et celles de la Métropole". D'autoroutes, la voirie passe à un statut de "route à grande circulation" indique la préfecture, "ce qui permettra à l'Etat de donner un avis sur les futurs aménagements de cet axe et de vérifier que sa requalification progressive soit bien articulée, notamment en terme de calendrier, les initiatives permettant d'orienter le trafic de transit vers les autres itinéraires autoroutiers existants."

à lire également
La fondation Vinci Autoroutes finance des recherches pour créer un test salivaire capable de détecter une fatigue trop intense pour prendre le volant. Un futur outil de prévention rendu possible grâce à la découverte du Professeur Laurent Seugnet à Lyon. Ce samedi sur une aire de l'A7, l'INSERM testait une centaine de conducteurs. 
4 commentaires
  1. Robes Pierre - 29 décembre 2016

    bien, un décret,le plus dur est fait les décideurs sont satisfaits de leur décision, maintenant il va falloir passer aux choses sérieuses, où passent camions, voitures, comment accéder du Sud au Nord et inversement, la charrue a été mise avant les bœufs, un détail à régler le financement , c'est juste un détail. Ne surtout pas oublier de programmer la destruction de verrue immonde qu'est la gare routière de Perrache, tant qu'on y est autant faire les choses jusqu'au bout.Allez rendez vous vers 2057.

  2. FEFI - 30 décembre 2016

    Bien d'accord,, il aurait fallu le COL ou l'AS avant... le bazard en attendant, et la pollution.

  3. nico-yzfr6 - 30 décembre 2016

    C'est juste une signature dans un parapheur. On verra peut être une once de changement dans 10 ans... au plus tôt. Quand à la verrue de l'échangeur, je ne pense pas que je verrai sa destruction.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut