Dans le temple de francs-maçons

Il doit se passer quelque chose de sérieux ! Jeudi 21 février, le Grand Orient de Lyon avait invité les journalistes à une conférence de presse, dans le temple de la rue Garibaldi. Lumière bleue, un triangle lumineux accroché au mur, flanqué d'un soleil et d'une lune, des symboles partout. Au milieu de l'estrade, une Marianne ceinte d'une écharpe bleu-blanc-rouge. Au bas des marches, une tribune où trônent trois dignitaires, en civil. L'heure est grave. Les francs-maçons dénoncent ce qu'ils considèrent comme une atteinte à la laïcité, une remise en cause par le président de la République lui-même, du principe de laïcité inscrit dans la Loi de 1905 et dans la Constitution de 1958, une entrée du fait religieux dans l'espace public. Roger Cordier, membre du Conseil de l'Ordre, y voit une attaque contre les fondements de la République. A ses côtés, Marc Janin, trésorier du Grand Orient de France et Daniel Aury, Grand Officier. Ils annoncent que le citoyen Sarkozy devrait être reçu dans le grand temple national de la rue Cadet, pour discuter avec les frères de cette question de laïcité. " Nous privilégions le dialogue " affirme Roger Cordier. Mais s'ils n'obtiennent pas des garanties suffisantes, les francs-maçons sont déterminés à aller plus loin, même à descendre dans la rue " nous l'avons déjà fait par le passé ".

Huit obédiences sont réunies autour de cet appel pour défendre la laïcité : le Grand Orient de France, la Fédération Française du Droit Humain, la Grande Loge Féminine de France, la Grande Loge Symbolique Opéra, la Loge Nationale Française, la Grande Loge Féminine Memphis Misraïm, la Grande Loge Mixte Universelle, la Grande Loge Mixte de France.
La question qui fâche
Au cours des discussions avec les journalistes, on évoque la question de San Egidio. Cette communauté religieuse avait organisé à Lyon une conférence sur la paix le 11 septembre 2005. Evènement largement subventionné par la Ville, le Département et la Région. " Or, fait remarquer Gérard Angel, certains de vos frères ont voté ces subventions et vous n'avez rien fait ? ". " Si ", plaide Roger Cordier. Et il raconte le recours au tribunal administratif qui s'est soldé le 8 mars 2007 par une annulation de la subvention de la Ville : 100 000 euros. Quant aux frères qui ont voté contre leurs principes maçonniques, effectivement, il y a un problème, reconnaît Marc Janin, " mais c'est leur liberté ".

La franc-maçonnerie lève le voile
On en sait plus sur le fonctionnement de la franc-maçonnerie. Sur les principes : " institution philosophique, philanthropique et progressive " ellle a pour objet : " l'étude de la morale, la recherche de la vérité et la pratique de la solidarité ". " La Franc-maçonnerie n'est pas une secte, rassure Roger Cordier, lorsque que quelqu'un n'est plus en accord avec ses principes, il lui suffit de s'en aller ". En revanche, y entrer n'est pas si facile que ça " nous sommes enquêtés sur nos valeurs "

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut