Beaujolais Pierre Dorées
©Tim Douet

Coronavirus : le beaujolais souffre pendant le confinement, mais reste optimiste

Le vignoble situé au nord de Lyon attend des jours meilleurs pour écouler ses bouteilles alors que l'ensemble des salons printaniers, essentiels pour certains petits producteurs, a été annulé.

L'épidémie mondiale de coronavirus et les confinements mis en place dans de nombreux pays impactent déjà fortement les vignerons français. Dans le Beaujolais, beaucoup de petits producteurs qui comptent sur les salons de printemps pour vendre leurs bouteilles vont devoir se passer de cette manne cette année.

“Le Beaujolais comprend un grand nombre de petits exploitants, et peu de négociants. La moyenne des 3000 domaines est de 12 hectares de vignes. Or ce sont surtout des vins d'entrée de gamme qui se vendent actuellement dans la grande distribution et ce n'est pas leur secteur de vente”, confie Inter Beaujolais, l'interprofession des vins du Beaujolais qui réunit les 12 appellations du vignoble. Le vin a cet avantage qu’il peut être conservé, contrairement à d’autres produits, et même se bonifier avec le temps. Mais les domaines vont devoir gérer cette baisse de revenus dans une période fondamentale.

“Reconstituer sa cave avec du beaujolais”

Le beaujolais doit aussi faire face à l'annulation des salons professionnels en France et dans le monde, comme ProWein en Allemagne et Bien Boire en Beaujolais, plus localement. “Tous nos rendez-vous à l'international de mai, juin et juillet sont aussi annulés et reportés”, ajoute l'interprofession qui a déjà dû encaisser récemment les taxes sur le vin mises en place par Donald Trump et le Brexit (lire ici).

Pour autant, les vignerons comptent sur l'après-confinement pour se refaire le raisin. Le Beaujolais veut surtout miser sur son image de marque renouvelée – l'an passé le vignoble a connu les meilleurs chiffres à l'export de son histoire -, loin de la figure plus dégradée du beaujolais nouveau, pour reprendre des parts de marché dans les caves à vins des consommateurs. “Beaucoup de gens vident leurs caves pendant le confinement. Ce qui est bon signe puisqu'ils vont devoir les reconstituer”, veut positiver Interbeaujolais. Preuve de cet optimisme, pour le moment, Bienvenue en Beaujonomie, événement oenotouristique prévu les 13 et 14 juin dans le vignoble, est toujours maintenu.

à lire également
L’entrée de l’hôpital de la Croix-Rousse, à Lyon © Tim Douet
Le bilan du coronavirus COVID-19 en région Auvergne-Rhône-Alpes était particulièrement attendu ce mardi 2 juin. Aucun rattrapage des chiffres dans le mauvais sens n'a eu lieu, le bilan est une nouvelle fois encourageant. 
Faire défiler vers le haut