Coronavirus à Lyon : qui peut bénéficier d'un arrêt de travail sans être malade ?

Les personnes qui présentent un risque de développer une forme sévère de coronavirus COVID-19 peuvent avoir le droit à un arrêt de travail. Comment faut-il procéder pour l'obtenir ?

L'Agence régionale de santé vient de publier un nouveau dispositif relative aux personnes qui présentent un risque de développer une forme sévère du coronavirus COVID-19 :

"Vous n'êtes pas malade et vous ne présentez pas de symptômes mais vous êtes considéré comme une personne présentant un risque de développer une forme sévère de la maladie. A compter du 18 mars, vous devez  faire votre demande de mise en arrêt de travail pour une durée initiale de 21 jours  via le téléservice de l'Assurance maladie de déclaration en ligne : declare.ameli.fr, sans passer par votre médecin traitant ou votre employeur. Les fonctionnaires concernés par cette situation sont placés, quant à eux en autorisation spéciale d'absence (ASA)".

Les personnes suivantes peuvent ainsi prétendre à cet arrêt de travail spécial de 21 jours :

  • Femmes enceintes
  • Maladies respiratoires chroniques (asthme, bronchite chronique…)
  • Insuffisances respiratoires chroniques
  • Mucoviscidose
  • Insuffisances cardiaques toutes causes
  • Maladies des coronaires
  • Antécédents d’accident vasculaire cérébral
  • Hypertension artérielle
  • Insuffisance rénale chronique dialysée
  • Diabètes de type 1 insulinodépendant et diabète de type 2
  • Maladie hépatique chronique avec cirrhose
  • Obésité avec un indice de masse corporelle (IMC) égal ou supérieur à 40,
  • ainsi que les personnes avec une immunodépression : pathologies cancéreuses et hématologiques, transplantations d’organe et de cellules souches hématopoïétiques maladies inflammatoires et/ou auto-immunes recevant un traitement immunosuppresseur, personnes infectées par le VIH
à lire également
Le nombre de cas positifs de coronavirus ne cesse d'augmenter à Lyon et dans la région. Dans les hôpitaux, ce vendredi soir, la hausse du nombre de patients se poursuit. Mais, pour l'instant, elle n'est pas exponentielle comme lors de la 1ère vague.
Faire défiler vers le haut