Impôts
cc

Confinement à Lyon : 31 % des Français ont subi une perte de revenus 

Les ménages les plus aisés ont été plus épargnés que les plus pauvres par ces pertes de revenus durant la mise en place du confinement. 

Selon une enquête de l’Institut national d’études démographiques* (Ined) 31 % des Français déclarent que les revenus de leur ménage ont diminué depuis le début du confinement. Cette proportion atteint 38 % chez les moins de 65 ans. D'après l'étude de l'Ined, le confinement a contribué à accentuer les inégalités de revenus qui s’étaient déjà creusées depuis le début des années 2 000 entre le haut et le bas de la distribution sociale. Après sept semaines de confinement, près de la moitié des ménages pauvres (44 %) et modestes (41 %) déclarent avoir subi une chute de revenus, contre 23 % des ménages aisés. 

Par ailleurs la perte de revenus semble directement liée à la profession : 55 % des artisans et commerçants, et 40 % des ouvriers déclarent une chute de revenus, contre 20 % des cadres. La proportion de ménages concernés par une perte de revenus s’élève à 33 % dans les espaces ruraux, contre 30 % dans les grandes agglomérations hors Paris. Enfin, les locataires (37 %) déclarent également plus souvent que les propriétaires (25 %) avoir connu une perte de revenus. 

Conséquence directe, un quart de la population française craint des difficultés pour payer son loyer, son crédit immobilier ou ses charges dans les douze prochains mois dans les douze prochains mois. Cette crainte est plus prononcée chez les ménages pauvres (42 %) et modestes (37 %). “Au total, 7 % des Français redoutent de perdre leur logement au cours des douze prochains mois. C’est le cas de 19 % des ménages pauvres et de 13 % des familles monoparentales”, précise l’Ined.

Lyon  : le confinement, révélateur des inégalités dans le logement

à lire également
Le bilan n'est pas forcément mauvais ce mardi soir dans les hôpitaux de la région. Oui, il y a plus de patients hospitalisés des suites du covid-19. Mais une légère hausse, bien inférieure à celle enregistrée au printemps. Pour le moment.
Faire défiler vers le haut