Comment Handicap International Rhône-Alpes aide Haïti

L'ONG déploie ses équipes et ses moyens pour venir au secours du pays sinistré. Elle recherche des profils spécifiques telles que des kinésithérapeutes, des ergothérapeutes et des orthopédistes.

Huit jours après le tremblement de terre à Haïti, l'aide semble plus que jamais nécessaire dans un pays complètement ravagé. Si Triangle n'a aucun projet d'urgence de prévu dans l'immédiat - il ne travaille pas sur cette zone -, ce n'est pas le cas d'Handicap International qui est très active. Selon son porte-parole dans le Rhône Sylvain Ogier, l'organisme s'apprête à envoyer du matériel ainsi que du personnel, et compte distribuer de l'aide humanitaire à des ONG comme Action contre la faim. Les secouristes ont besoin de professionnels tels que des kinésithérapeutes, des ergothérapeutes et des orthopédistes.

Handicap International compte envoyer son propre matériel, dont du matériel orthopédique comme des fauteuils roulants, du matériel de soin comme des prothèses, des orthèses et des bandes plâtrées. De plus, l'organisme va également faire parvenir du matériel d'urgence pour la population, dont des couvertures, des bâches, des filtres à eau, du ustensiles de cuisine, ainsi que des jericans. De plus, Handicap International a prévu une assistance directe, car du personnel médical va se rendre à Haïti. En effet, des ergothérapeutes, des kiné et des médecins vont rééduquer ceux qui ont été opérés, alors que des techniciens et des orthoprothésistes seront envoyés fin février pour appareiller des personnes amputées après cicatrisation.

Mais l'aide ne s'arrête pas là : des logisticiens vont être envoyés pour gérer les distributions d'abris temporaires, tels que des tentes, des bâches et des cordes. Ces distributions vont être assurées au moyen de 45 camions tout-terrain qui ont la capacité de s'engager sur des routes endommagées par le tremblement de terre. Enfin, Sylvain Ogier explique que 150 de leurs collègues Haïtiens travaillent avec eux pour une quinzaine d'expatriés, mais les effectifs vont se renforcer.

à lire également
Dans une école de Ryongchon, au nord-ouest de la Corée © Triangle Génération Humanitaire
Entretien – Le régime dictatorial des Kim gouverne la Corée du Nord depuis trois générations. Après des essais nucléaires et des tirs de missiles balistiques intercontinentaux en 2017, le conseil de sécurité des Nations unies a adopté des sanctions économiques drastiques à l’encontre du pays. L’organisation non gouvernementale Triangle Génération Humanitaire, basée à Lyon, est l’un des cinq organismes résidents en Corée du Nord. Durant presque deux ans, de février 2017 à novembre dernier, Coralie Bouloiseau y a travaillé. De retour de mission, elle déplore les freins à l’aide humanitaire provoqués par ces sanctions internationales et rapporte les conditions de vie d’une population en grande difficulté.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut