Collège Henri-Barbusse : la grève continue

Un vent d'école buissonnière souffle depuis lundi sur le collège Henri Barbusse de Vaulx-en-Velin où une proportion record d'enseignants sont en grève, 90 % mardi, 98,5 % lundi. Les cours n'ont pas lieu, le proviseur a été obligé de renvoyer les élèves chez eux.
Article actualisé mardi 9 mars à 14 heures.

Mardi matin, 90 % des enseignants du collège Henri-Barbusse étaient en grève. Une partie s'est rendue à l'inspection d'Académie rue de Marseille afin d'y être reçus vers 11h15. Ils ont demandé l'ajout d'une cinquantaine d'heures d'enseignement pour la rentrée prochaine. Si l'Inspection n'accède pas à leur demande, le mouvement pourrait se poursuivre demain et au cours de la semaine. Selon Denis Pourrat, l'un des enseignants grévistes, "les collèges classés en zone d'éducation prioritaire (ZEP) sont les derniers établissements à voir leur nombre d'heures diminuer. Jusqu'à présent, ils avaient été relativement préservés par les réformes."

Les enseignants n'acceptent pas les dernières évolutions prévues par le proviseur pour le rentrée 2010. Faute de moyens, celui-ci a prévu de supprimer les heures d'aide au travail personnalisé (ATP), heures de soutien scolaire en sixième. Fini également, l'aide hebdomadaire en 5ème et les demi-groupes en classe de sciences. Enfin, en 4ème, l'heure de traitement des difficultés scolaires (TDS) qui permettait de pallier aux décrochages des élèves, notamment en mathématiques, sera supprimé. Des décisions difficiles à comprendre dans un collège classé “ambition réussite“ depuis quatre ans, qui accueille 90 % d'élèves issus de familles défavorisées. Les enseignants espèrent maintenant obliger l'inspecteur d'académie à rétablir "les heures indispensables au fonctionnement des dispositifs permettant la réussite des élèves“.

à lire également
Nathalie Dompnier © Tim Douet 87-001
Dans une tribune publiée sur l'Étudiant-Educpros ce mercredi, six présidents d'universités dont Nathalie Dompnier (Lumière Lyon 2) demandent l'ouverture des négociations sur la loi ORE. C'est un signe que le mouvement contre parcoursup est en train de prendre de l'ampleur. Ce mercredi six présidents d'université, dont Nathalie Dompnier, ont demandé l'ouverture des négociations sur la […]

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut