© Tim Douet

Clip montrant des armes à feu et des rodéos à Lyon : le parquet requiert le placement en détention du suspect

Lundi, un individu soupçonné d’être l’organisateur du tournage du clip « Les Daltons du 8e » a été arrêté. Cette vidéo montre notamment des armes à feu et plusieurs rodéos urbains. Le parquet demande le placement en détention du suspect.

En février dernier, un conglomérat de rappeurs du 8e arrondissement de Lyon a publié un clip nommé "Les Daltons". Celui-ci met en scène des rodéos urbains, on peut également y noter la présence d'armes à feu. Lundi, un individu soupçonné d’être l’organisateur du tournage de la vidéo a été interpellé rue Stéphane-Coignet (8e). Placé en garde à vue, il a fait valoir son droit au silence.

Ce mercredi, il passait devant le parquet pour une comparution immédiate. Ce dernière a requis le placement en détention de l'homme de 30 ans pour sa participation présumée à plusieurs rodéos lors du tournage. Selon l’accusation, Mehdi Fiad, le suspect, en a organisé quatre avec des véhicules de luxe, des motos et des kartings, dans les rues du 8e arrondissement et sur le périphérique de Lyon, entre le 14 février et le 17 juin.

14 mentions à son casier judicaire

"Le prévenu présente un risque de réitération majeur. Tous les signaux sont au rouge", a argumenté Anne-Lise Furstoss, des propos relayés par l'AFP, contre le trentenaire qui compte quatorze mentions à son casier judiciaire. Lors de l’audience, le parquet a demandé l’exécution d’une peine précédente de neuf mois de détention, et le juge d’application des peines a demandé la révocation d’un sursis de six mois, prononcé à la suite d’une condamnation pour infraction aux stupéfiants.

L'individu est également poursuivi pour détention d’armes, en raison de l’utilisation d’un Colt lors du tournage des clips intitulés "Dalton 1 et 2". Le scénario simulait "l’exécution de Lucky Luke" à la suite d’une course-poursuite.

Aucun incident selon le prévenu

Selon Mehdi Fiad, le tournage n’avait donné lieu à aucun incident. "Je m’étais porté garant auprès de la police. J’avais présenté ma carte d’identité", a expliqué le prévenu qui gérait deux sociétés de tournage et de location de véhicules de luxe. "On juge un artiste. Il a une carrière artistique devant lui. Joey Starr a obtenu des César", a plaidé Jérémie Brill en défense, demandant un simple contrôle judiciaire contre le jeune homme, dans l’attente de son procès sur le fond, fixé dans quelques semaines.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut