Affiche de campagne de la liste menée par Fabienne Grébert, candidate EELV.

Cécile Cukierman (PC) n'est plus sur l'affiche de l'union de la gauche aux régionales : pourquoi ?

Sur l’affiche officielle du second tour des élections régionales en Auvergne-Rhône-Alpes, une de trois membres du trio de la liste "Ensemble, l'écologie c'est possible" semble s'être effacée. Cécile Cukierman, candidate PCF-France Insoumise, n'apparaît en effet plus aux côtés de Najat Vallaud-Belkacem et de Fabienne Grébert.

Sur les collines verdoyantes de l'affiche de campagne de la liste "Ensemble, l'écologie c'est possible", la candidate PS Najat Vallaud-Belkacem côtoie la candidate EELV Fabienne Grébert. Une des membres de cette nouvelle liste de gauche unifiée, Cécile Cukierman, n'est cependant pas présente aux côtés de ses colistières.

Affiche de campagne de la fusion des listes verte, rose et rouge.

En début de semaine, suite à l'annonce officielle du ralliement derrière la candidate EELV Fabienne Grébert des listes PS (Najat Vallaud-Belkacem) et PC/LFI (Cécile Cuckierman), la sénatrice communiste de la Loire apparaissait pourtant bien auprès des deux autres candidates sur les réseaux sociaux de la liste de rassemblement. De la même façon, son portrait est aussi inclus dans la profession de foi de la liste d'union de la gauche.

Profession de foi de la Liste Ensemble, l'écologie c'est possible !

Contactée par Lyon Capitale, l’équipe de Cécile Cukierman déclare que cette décision "fait partie du lot de négociations du 1er tour". "Son nom apparaît bien sur l'affiche non ?", nous fait remarquer son chargé de communication. En coulisses, le son de cloche est différent. “Les négociations se sont mal passées avec les écologistes qui étaient hégémoniques. Cécile Cukierman trouvait que le photomontage était dégueulasse. Elle a proposé de refaire une photo mais les verts ont refusé. Elle ne s'est pas cassée la tête et a dit qu'elle ne voulait plus apparaître dessus. Nous avions aussi demandé à ce qu'il n'y ait pas que du vert sur l'affiche mais un peu de rose ou de rouge. Ils voulaient montrer leur hégémonie et nous n'avions pas envie de leur faire plaisir”, précise un négociateur communiste. L'élaboration des listes avaient aussi été compliquée. Les communistes et les écologistes ont ainsi changé certains de leurs candidats de départements pour les rendre éligilbes. Ce vendredi, les écologistes tentent de minimiser l'incident de l'affiche officielle. “Elle n'aimait pas le photomontage mais nous n'avions pas le temps de faire une nouvelle photo. Nous n'avons pas trop compris. C'est dommage pour tout le monde”, explique Axel Marin, numéro 2 sur la liste dans la métropole de Lyon. En ce dernier jour de campagne officielle et alors que Laurent Wauquiez et Andrea Kotarac ne cessent de dénoncer une alliance parfois contre-nature, cette polémique tombe mal pour l'union de la gauche qui a passé la semaine à mettre en avant une alliance qui s'est faite rapidement.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut