Christophe Guilloteau - L'Autre Direct

Cantines : Guilloteau pour les repas de substitution

“On n’est pas là pour exciter les foules (…) On n’est pas là pour priver les enfants de repas.” Député du Rhône et chef de file de l’UMP aux élections départementales, Christophe Guilloteau ne partage pas le soutien du président de l’UMP Nicolas Sarkozy à la décision du maire de Chalon-sur-Saône, Gilles Platret, de supprimer les repas de substitution au porc dans les cantines scolaires.

"C'est à l'aune des convictions de chaque maire d'organiser ses cantines." Interrogé dans l'émission l'Autre Direct sur le maintien ou pas de repas de substitution dans les cantines des collèges du Rhône pour les enfants qui ne mangent pas de porc, Christophe Guilloteau a d'abord éludé la question, avant de se démarquer de la position du président de l'UMP, Nicolas Sarkozy : "Je ne suis pas pour que l'on prive les enfants de nourriture. À partir du moment où il y a une nourriture qui ne convient pas, il y a un plat de substitution qui peut être proposé. Ça me paraît plus efficient. On n'est pas là pour exciter les foules. Il faut que les enfants puissent se nourrir normalement, on n'est pas là pour priver les enfants de repas", a lancé le député du Rhône, sans pour autant critiquer directement Nicolas Sarkozy : "C'est pas une faute, c'est sa vision de la politique, il fait campagne comme il veut, avec ses mots. Je note que dimanche soir l'UMP est arrivée en tête."

à lire également
Une école primaire
 Rares sont les enfants qui aiment, et savent, apprendre par cœur. Pour beaucoup, c’est une tâche fastidieuse, qui revient à apprendre bêtement et ne sert à rien. Pourtant, apprendre par cœur a un réel intérêt. Comment redonner ses lettres de noblesse à cet exercice pour le remettre au cœur des apprentissages ? Quelles méthodes proposer à son enfant pour l’aider ?
1 commentaire
  1. Robes Pierre - 26 mars 2015

    N'étant pas un adorateur du fromage dans les plats même à dose infime, j'aurais apprécié un plat de substitution, ne pas faire une affaire d'état , ceci valorise les religieux en leur permettant de montrer preuve à l'appui qu'ils ne sont pas respecter dans leur mode de vie. Pas de porc , soit , mais on prévient , la dérogation au menu commun entraine un surcout pour les familles.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut