"Ca me rappelle l'Arche de Zoé", Charlotte de Turckheim à Lyon

Elle dénonce les certitudes à l'emporte-pièce " mon chéri je veux faire ton bonheur ". Elle explique en quoi ce rôle trouble, grave est un engagement de sa part. Elle revient aussi sur ses débuts dans les cafés-théâtres lyonnais : l'Accessoire, le Nombril du Monde et sur ses relations très privilégiées avec le public lyonnais.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut