Drapeau Burkina Faso
libre de droit

Burkina Faso : la communauté lyonnaise dans l'expectative

Trois questions à Nouffou Tapsoba, secrétaire général de l'association burkinabè de Lyon (association apolitique), qui regroupe environ cinq cents burkinabè de la région Rhône-Alpes. La communauté s'est tout d'abord beaucoup inquiétée mais semble rassérénée par les promesses des militaires.

Lyon Capitale : Comment a réagi la communauté burkinabè lyonnaise suite à l'annonce du premier soulèvement ? Avez-vous eu peur pour vos familles ?

Nouffou Tapsoba : Au début, on a été très inquiets. On ne pensait pas que Blaise Compaoré allait partir si vite, mais qu'il y aurait une forte résistance. Les évènements se sont passés très vite. On a tout de suite joint nos familles et nos amis sur place, et on est toujours en contact avec eux.

Quel est l'état d'esprit de la communauté lyonnaise désormais ? L'inquiétude est-elle toujours présente ?

La situation semble s'être calmée depuis hier. L'armée a promis de rendre le pouvoir à la société civile, ça s'est fait dans la sérénité. On a eu très peur, il y a quand même eu une trentaine de morts à déplorer, mais pour une révolution ça aurait pu être bien pire.

Avez-vous prévu une réaction particulière face aux évènements qui touchent le Burkina Faso ?

Au début, on a pensé organiser des activités à Lyon afin de relayer nos inquiétudes et de faire connaître la situation des Burkinabè, mais désormais on n'a plus vraiment de raison de le faire. On est restés à suivre l'actualité sur les réseaux sociaux et à échanger avec nos proches, c'est le plus important. On est soulagés de voir que les choses se calment et désormais on ne peut qu'attendre de voir comment la situation va évoluer.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut