Bronchiolite : 10 000 bébés touchés dans le Rhône

La CPAM du Rhône propose une liste de 105 kinésithérapeutes disponibles pour du "clapping". Pourtant, cette technique n'est pas prescrite par l'ensemble du corps médical.

Chaque hiver, le virus se réactive. D'après la caisse primaire d'assurance maladie (CPAM), près de 10 000 nourrissons seraient déjà malades dans le département du Rhône. Cette infection virale respiratoire contagieuse atteint, chaque hiver, près de 30 % des enfants de moins de six mois. Un des traitements de cette maladie, la kinésithérapie respiratoire, est prescrit dans certains cas. Cette technique appelée également « clapping » a pour objectif d'évacuer les sécrétions bronchiques que le bébé ne réussit pas à faire.

105 kinésithérapeutes à votre écoute

"Nous proposons aux parents une liste de 105 masseurs-kinésithérapeutes qui s’engagent à assurer le traitement de cette pathologie respiratoire", indique François-Xavier Combasson, de la CPAM du Rhône. "Si les parents se trouvent dans une situation de crise pendant le week-end, ces praticiens pourront les prendre en charge", ajoute t-il. La liste est consultable sur le site de la CPAM du Rhône* ou par téléphone (au 3646).

Balance bénéfices-risque défavorable pour Prescrire

Néanmoins, le "clapping" n'est pas conseillé par tous les médecins. D'après les recommandations de la Haute autorité de santé (HAS), la prescription de la kinésithérapie n'est pas systématique. "Elle dépend de l'état clinique de l'enfant" précise-t-elle, dans une note publiée en 2000. La revue "Prescrire" estime que la balance bénéfices-risque de la kinésithérapie respiratoire est défavorable : "Que les nourrissons aient été traités ou non par la kinésithérapie respiratoire, aucune différence significative n'a été observée en termes d'évolution d'un score clinique de sévérité, de saturation en oxygène, de durée de la maladie ou de l'hospitalisation, quelle que soit la méthode de kinésithérapie utilisée. Avec ou sans kinésithérapie respiratoire, la durée moyenne de la maladie a été d'environ 13 jours", indique la revue qui a réalisé une synthèse de neuf essais randomisés. En Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, cette technique n'est plus recommandée. Quant à la Belgique et aux Pays-Bas, ils conseillent des méthodes alternatives plus douces.

*www.ameli.fr

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut