BARRE RECIDIVE

Qu'a dit l'ancien maire de Lyon pour "scandaliser" notamment le Crif ?

"Barzy" a fait une sorte de best-off de ses pires provocations. Il a défendu à nouveau le "bouc émissaire" Maurice Papon, "grand commis de l'Etat (...) très courageux" qui "a payé surtout à cause de Charonne, de la remise en ordre qu'il fait, de l'ordre qu'il maintient (...) Le reste, c'était un alibi." Interrogé sur ses propos de 1980 sur l'attentat antisémite de la rue Copernic à Paris, qui, selon lui, "voulait frapper les juifs se trouvant dans cette synagogue et qui a frappé des Français innocents qui traversaient la rue", il a soutenu : "J'ai parlé de Français innocents" parce que "la caractéristique de ceux qui faisaient l'attentat, c'était de châtier des juifs coupables. (...) Les Français n'étaient pas du tout liés à cette affaire". Barre dénonce "la campagne faite par le lobby juif le plus lié à la gauche (...) Je considère que le lobby juif - pas seulement en ce qui me concerne - est capable de monter des opérations qui sont indignes et je tiens à le dire publiquement."

Enfin, Barre a répété toute l'estime qu'il a pour Bruno Gollnisch (FN), qui est comme lui un universitaire : "J'ai dit que je blâmais ce qu'il avait dit, mais que, pour le reste, je l'avais connu et que c'était un homme bien".

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut