Laurent Wauquiez
©Tim Douet

Auvergne-Rhône-Alpes : Wauquiez sort son "bouclier sécurité"

Laurent Wauquiez a présenté ce lundi matin plusieurs mesures de sécurité. Les compétences de la région étant limitées en la matière, le président d'Auvergne-Rhône-Alpes a choisi de placer son "bouclier sécurité" partout là où il le pouvait.

Des annonces locales au parfum de nationales, ce lundi matin, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, a dévoilé ses mesures en matière de sécurité, "une priorité". Pas simple de pouvoir agir sur ce domaine particulièrement symbolique, quand les compétences de la région sont limitées sur la question.  Les deux grands secteurs où il est possible d'agir sont les lycées et la sécurité ferroviaire dans les TER et gares.

Ainsi sur le premier point, la majorité explique que 530 lycées bénéficient de dispositifs de sécurité, 1 sur 2 est équipé de contrôle d'accès, tout comme plus de 50 % de vidéosurveillance. Laurent Wauquiez promet que 60 % des lycées seront équipés de portiques d'ici fin 2018, affirmation à confirmer puisqu'en 2017, les dispositifs se sont révélés être des simples "tourniquets". Par ailleurs, tous nouveaux travaux de construction et de rénovation de lycée seront accompagnés désormais d'un volet de sécurité.

Vidéoprotection dans les TER et gratuité pour les policiers municipaux

Pour le volet TER, le nombre d'agents de police ferroviaire était déjà passé de 80 à 160, avec des patrouilles de 16h à minuit dans les gares et trains. La région a déjà équipé 76 TER de vidéoprotection, tout comme certaines gare. D'ici 2018, 32 seront équipées, 85 en 2019 selon la majorité. La nouveauté est à chercher du côté de l'installation en octobre d'un PC de vidéosurveillance à la Part-Dieu, centralisant toutes les images de vidéosurveillance prises dans les gares et TER de la région. La gratuité des trains régionaux, déjà ouverte aux policiers et gendarmes, devrait être proposée à la police municipale. Budget total pour cette sécurisation des transports : 85 millions d'euros. Définitivement trop à l’étroit dans son champ de compétences en matière de sécurité, Laurent Wauquiez en appelle désormais au gouvernement pour initier une loi qui permettrait aux régions de gérer directement la police ferroviaire.

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut