Hôtel de région
© Tim Douet

Auvergne-Rhône-Alpes, la région avec le meilleur bilan de France selon une étude

Les élections régionales approchent et avec elles l’heure de faire le bilan des collectivités sur la mandature écoulée. Dans une étude publiée par l’Ifrap, la région Auvergne-Rhône-Alpes fait ainsi office de premier de la classe lorsque l’on s’intéresse à la gestion financière des collectivités françaises. Entre 2015 et 2019, selon cette étude, elle a réussi à maîtriser son endettement tout en augmentant ses dépenses d’investissement. 

À quelques semaines des élections régionales, une étude publiée par l’Ifrap (un Think Tank dédié à l’analyse des politiques publiques) fait de la région Auvergne-Rhône-Alpes la collectivité régionale la mieux gérée de France entre 2015 (avant la fusion des régions) et 2019. Afin de dresser son bilan, la fondation de recherche a analysé les comptes administratifs des 12 régions métropolitaines en se basant sur l’évolution des principaux indicateurs budgétaires. Si les résultats sont très différents d’une région à une autre, en fonction de la gestion des coûts de fonctionnement et des investissements réalisés lors de cette mandature, une constante se dessine avec les bons résultats affichés par la région Auvergne-Rhône-Alpes (Aura). 

Globalement, les dépenses effectuées par les régions entre 2015 et 2019 ont connu une augmentation importante avec une hausse de 25,3 à 29,8 milliards d’euros. Le fonctionnement des collectivités en concentre l’essentiel, avec notamment 19,8 milliards d’euros déboursés pour la seule année 2019 et une inflation de 17 % sur la période étudiée. Toutefois, toutes les régions ne sont pas logées à la même enseigne et certaines font mieux que d’autres, à l’instar de l’Île-de-France qui affiche une baisse de -9 % de ses dépenses de fonctionnement, quand celles d’Aura progressent de 7 %. La région, dont le siège est installé à Lyon, se rattrape dans d’autres secteurs et notamment lorsqu’il s’agit d’investissements, puisqu’entre 2015 et 2019 ceux-ci ont augmenté de plus de 100 % ( + 770 millions d’euros) quand d’autres régions, comme les Hauts-de-France (-20 %) les ont baissés. 

Données Ifrap.

Une bonne maîtrise de l’endettement 

La région Aura, comme l’Île-de-France, fait également office de bon élève lorsque l’on se penche sur sa dette. Elle a ainsi réussi à maîtriser son endettement (0 %) quand d’autres collectivités l’ont vu exploser, + 44 % pour la Bretagne ou encore +37 % en Nouvelle-Aquitaine. L’étude précise que la région Auvergne-Rhône-Alpes a récemment annoncé une levée de fonds de 20 millions d’euros sur 10 ans, à un taux de -0,005 %, « devenant la première collectivité française à émettre un emprunt à long terme à un taux négatif. Cette faculté d’emprunter à taux négatif des liquidités était déjà courante pour les États, mais rare pour les collectivités.  » Une opération rendue possible grâce à la bonne notation financière de la collectivité explique l’Ifrap (note "AA" accordée par l’agence de rating Standard & Poor’s). Avant d’ajouter que l’utilisation de ces fonds reste très encadrée, « les collectivités territoriales [n’ayant] pas le droit d’emprunter pour financer leurs dépenses de gestion et rembourser le service de leur dette ».

Données Ifrap.

La difficile gestion des dépenses de personnel

Les dépenses relatives à la gestion du personnel restent en revanche un point noir dans le budget des collectivités lors de cette mandature. Depuis la fusion des régions celle-ci ont connu une hausse de 11 % au niveau national et si Aura a réussi à maîtriser cette inflation en la limitant à 6 %, elle n’échappe pas à la règle. Selon l’Ifrap, elle est en partie à mettre au compte de la fusion des régions, début 2016, qui avait vu les collectivités « aligner par les hauts les régimes indemnitaires ». 

Dépenses de personnel des collectivités en 2019. Données Ifrap.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut