Auvergne-Rhône-Alpes : des habitants inquiets de la qualité de l'air

La qualité de l'air est bonne ce lundi 7 septembre à Lyon. Cette question préoccupe de nombreux habitants de la région Auvergne-Rhône-Alpes d'après une enquête publiée fin août par Atmo, l'observatoire de la qualité de l'air dans la région.

La qualité de l’air a été relativement bonne la semaine dernière à Lyon, malgré une dégradation à l'approche du week-end. Ce lundi 7 septembre, la qualité de l’air est revenue au beau fixe. Avec un indice de 38/100 d’après Atmo, l’observatoire de la qualité de l’air en Auvergne-Rhône-Alpes, elle est jugée « très bonne ». En revanche, Atmo annonce une légère dégradation pour les jours suivants, avec un indice qui monte à 49/100 ce mercredi 9 septembre, soit une qualité de l’air qui reste « bonne » mais qui se rapproche des valeurs « médiocres ». Dans la région, les habitants, habitués aux pics de pollution, s'inquiètent de la préservation de la qualité de leur air.

Des habitants préoccupés

L’observatoire de la qualité de l’air a publié fin août une enquête pour mesurer la préoccupation des habitants de la région Auvergne-Rhône-Alpes concernant la qualité de l’air qu’ils respirent. D’après Atmo, ils sont 88 % à se dire inquiets. D’après les résultats, cette inquiétude est plus marquée chez les femmes et chez les jeunes, mais aussi présente dans les villes qu’en pleine campagne. Huit habitants sur dix affirment également être prêts à changer leurs habitudes pour continuer à améliorer la qualité de l’air. Un engagement affiché principalement par les adolescents de 15 ans ou plus.

Quels changements d'habitude ?

Parmi les changements d’habitudes envisagés, un tiers des répondants disent vouloir conduire un véhicule moins polluant, c’est-à-dire bénéficiant d’une vignette Crit’air 1. Un autre tiers souhaite privilégier les modes doux (marche, vélo) ou les transports partagés (transports en commun, covoiturage).

Et pour le logement ? 19 % des sondés ont pour projet d’améliorer l’isolation de leur logement, auxquels s’ajoutent 20 % qui souhaitent remplacer leur chauffage pour un plus performant.

Concernant la gestion des déchets, 14 % des habitants envisagent de privilégier l’achat de denrées alimentaires en vrac pour limiter les déchets. Seuls 4 % d’entre eux veulent consommer davantage local et de saison, particulièrement les jeunes adultes.

Preuve de l’attention consacrée à la qualité de l’air qu’ils respirent, 91 % des personnes interrogées aimeraient bénéficier d’une information quotidienne à ce sujet, afin de vérifier la qualité de l’air avant de partir se promener, de faire du sport ou d’emmener les enfants jouer dehors.

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut