@Antoine Merlet
Article payant

“Au XIXe siècle, Lyon et sa région étaient autosuffisants sur le plan alimentaire”

Enseignant-chercheur à la Sorbonne et au CNRS, Gilles Fumey publiera en septembre 2020, avec Thierry Paquot, Des villes voraces aux villes frugales (CNRS Éditions), ouvrage traitant des questions de l’alimentation, en la replaçant dans des problématiques géo-culturelles.

[caption id="attachment_209278" align="alignleft" width="388"] Oeuvre unique de portraits commandes par le modèle qui en possede l'exclusivite des droits[/caption]Lyon Capitale : Dans la métropole de Lyon, nous ne consommons que 5 % de ce que nous produisons dans un rayon de 50 kilomètres. Autrement dit, 6 jours par semaine, les Grands Lyonnais consomment des produits agricoles venant de l’extérieur de la métropole. Comment en est-on arrivé là ?Gilles Fumey : Lyon et sa région (du Beaujolais au Dauphiné) étaient au XIXe siècle autosuffisants sur le plan alimentaire. On a vanté la gastronomie lyonnaise en rappelant la situation géographique exceptionnelle de la capitale des Gaules sur le plus grand carrefour agricole français. Dans les années 1980, l’économie de marché a fait croire que nos sociétés s’autoréguleraient par le seul jeu des prix sur des marchés coordonnés à l’échelle planétaire. On jugeait plus rentable de déléguer nos productions maraîchères et fruitières à l’Andalousie, Israël et la Californie, nos viandes et produits laitiers à la Bretagne et même certains de nos légumes au Kenya ! Il est vrai que la croissance rapide du Grand Lyon imposait les achats extra-régionaux favorisés par un bas prix de l’énergie et l’asservissement d’une main d’œuvre étrangère bon marché. Mais on est allé beaucoup trop loin. Les alertes des premiers “locavores” à Toulouse dans les années 2000 – une idée venue du Japon et des États-Unis – montraient que les flux d’approvisionnement du Grand Lyon étaient très fragiles, à la merci d’un aléa politique, climatique ou industriel.

Il vous reste 78 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut