Attentats de Paris : la commission Fenech rend ses 39 propositions

Après six mois d'investigation, d'entretiens et d'auditions, la commission d'enquête parlementaire présidée par le député Les Républicains du Rhône Georges Fenech a rendu son rapport sur les attentats qui ont touché la France en janvier et novembre 2015. Un rapport qui comprend 39 propositions.

Parmi ces 39 propositions, le constat que tous les terroristes étaient connus par les services de renseignement. “Saïd Kouachi était surveillé par les services parisiens. On lève la surveillance parce qu’il quitte la région parisienne, la surveillance est reprise par la DGSI qui va ensuite la lever six mois avant les attentats contre Charlie Hebdo. On voit bien que dans l’absence de continuum d’un seul service, il peut y avoir des ruptures qui peuvent avoir des conséquences graves”, a expliqué Georges Fenech.

La commission d'enquête a donc proposé “une refonte” du système des renseignements en créant une agence nationale de lutte antiterroriste placée sous l'autorité du Premier ministre qui regroupera l'ensemble des services afin qu'ils se partagent mieux les informations entre eux. La commission a aussi proposé de fusionner la BRI, le RAID et le GIGN pour améliorer l'efficacité des interventions.

Parmi les autres propositions, on retrouve aussi la formation des secours à la médecine de guerre ou encore la réduction des peines automatiques pour les personnes condamnées pour actes terroristes.

à lire également
Banderole du collectif “Presqu’île en colère” sur des balcons – Lyon, octobre 2019 © Antoine Merlet
La multiplication des collectifs “en colère” aux quatre coins de la ville oblige les candidats aux municipales lyonnaises à développer leur arsenal “sécuritaire”, qui repose principalement sur la police municipale et la vidéosurveillance. Tous en font leur priorité, mais la conception qu’ils en ont ravive des clivages politiques.
Faire défiler vers le haut