Attentat de Nice : recueillement place des Terreaux à Lyon

Deux bouquets de fleurs, et quelques bougies aux couleurs de la France. Lentement, les hommages aux victimes de l’attaque qui s’est déroulée hier soir à Nice s’entassent sous les drapeaux en berne de l’Hôtel de Ville de Lyon.

Dès la matinée, les premiers recueillements en hommage aux victimes de Nice ont eu lieu sur la place des Terreaux. Les drapeaux sont en berne, et la place est étrangement calme. Un bouquet de fleurs blanches et quelques bougies commencent à envahir les marches de l’hôtel de ville. Sur la colonne qui encadre la grande porte, un papier sur lequel est écrit "Nissa la bella" est scotché sur la pierre.

"Stop aux armes"

Une femme s’avance lentement jusqu’à l’endroit où s’entassent les premiers hommages. Elle y rajoute un bouquet de fleurs rouges, et un message dont elle termine de colorer les lettres pour les faire ressortir. "Stop aux armes. Paix !". Elle range soigneusement la feuille dans une pochette transparente et y pose quelques bougies dans les coins pour éviter qu’elle ne s’envole.

à lire également
Vendredi 21 février, le conseil du Sytral vote pour la résiliation du contrat Rhônexpress. Le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld, exulte. Après plus d'une heure de débats et de doutes, il sait qu'il aura les douze voix requises pour faire passer cette mesure sans possible retour en arrière. Lors du vote final, il lève les deux bras faisant le V de la victoire. À côté de lui, Gérard Collomb croise les bras. La mine sombre, il est KO. Son ancien dauphin, devenu dissident, vient de porter un coup à sa conception du modèle lyonnais.
Faire défiler vers le haut