Affaire du "Sarkozy off" : Rue89 convoqué par la police

Mais pour le coup, ce n'est pas une farce.

La plainte initiée il y a quelques mois par France3, sur pression de l'Elysée, continue donc de cheminer. Et la convocation de nos deux journalistes " en vu d'être entendus dans une affaire qui les concerne " est un nouveau coup porté à Rue89 et à l'information.

Vous vous souvenez sans doute de cette vidéo que Rue89 avait diffusée le 30 juin dernier : on y voyait Nicolas Sarkozy enervé, pendant les quelques minutes qui précédaient son interview sur un plateau du 19/20 de France3, le même jour.

Micros ouverts, il apparaissait au naturel. Il se choquait qu'un technicien ne l'eût pas salué et à propos de l'importance des " manifestants " en France, prévenait : " Ça va changer ! " ; il tutoyait le directeur de l'information, Paul Nahon, et le journaliste politique qui l'interrogeait, Gérard Leclerc ; il lançait à ce dernier : " T'es resté combien de temps au placard ? " ; il demandait à Nahon à être interrogé sur un sujet : le drame de Carcassonne... (Voir la vidéo)

Bref, une vidéo riche en informations, sur le président de la République, sur ses rapports avec les médias, sur l'ambiance électrique au sein de France Télévisions. Il n'y a aucune raison sérieuse pour lesquelles nous aurions dû cacher ces informations au public.

La vie privée du Président n'était pas en cause. Nous avons produit ce document, comme la presse (quand elle fait son travail) produit bien d'autres documents embarrassants pour tel ou tel pouvoir. La seule vraie différence, c'est qu'il s'agissait ici d'images.

Evidemment, la diffusion de ces images a fait grincer des dents. Les avocats de France3 nous ont d'abord sommé de révéler qui nous avait fourni ces images (une initiative condamnée par la rédaction de la chaîne, attachée à la protection des sources). Puis France3 a porté plainte contre X pour " vol, recel et contrefaçon ".

Quelques jours plus tard, Pierre Haski a croisé dans les couloirs d'une chaîne de télé un conseiller de l'Elysée, qui lui a dit avec un large sourire :

" Il a fallu qu'on insiste pour qu'ils portent plainte... "

C'est une bataille juridique importante qui s'ouvre. Pour cette affaire, Rue89 a demandé à Me Antoine Comte, par ailleurs avocat du Canard Enchaîné, de le représenter. Nombreux sont ceux qui, parmi vous, nous ont exprimé leur soutien. Vos " briques " de soutien, sur notre mur, nous aident, et vos messages aussi.

A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89

Ailleurs sur le Web

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut