Bruno Bernard, la tête de liste écologiste.

À Lyon, les écologistes lancent leur campagne des régionales par un “appel”

Les écologistes ont lancé ce mardi un “appel pour une région résiliente et solidaire”. La première pierre d'une campagne des régionales qui débute et qu'ils souhaitent calquer sur les dernières municipales.

On ne change pas une recette qui gagne. Pour lancer leur campagne des régionales, dont le 1er tour est prévu en mars 2021, les écologistes viennent de lancer “un appel pour une région résiliente et solidaire”. Une stratégie déjà adoptée avant les municipales de juin dernier. “On veut d'abord présenter un projet avant de parler de notre tête de liste. C'est ce qui nous a fait gagner lors des municipales dans de nombreuses villes”, a déclaré Bruno Bernard, le nouveau président de la métropole de Lyon, signataire de cet appel. L'appel prévoit entre autres : “une région au service d'une mobilité décarbonée”, “une région autonome sur son alimentation, qui soutient les producteurs locaux et privilégie une agriculture respectueuse de l'environnement et des animaux”, “une réorientation des activités économiques grâce à la transition écologique”, “une région verte qui préserve la richesse de son environnement” ou encore “une région de l’égalité des territoires qui repense l’aménagement en stoppant l’artificialisation des sols”.

“Ce programme portera sur l'ensemble des compétences régionales. Ce qui n’est pas le cas de sécurité. Et dire que l’on installe des portiques devant les lycées (une politique mise en place par Laurent Wauquiez, l’actuel président de région, NdlR), ce qui n’est pas toujours fait d'ailleurs, c'est amuser la galerie. Ce n'est pas une compétence”, a taclé le président du Grand Lyon.

Les régionales : marchepied vers la présidentielle ?

Le parti écologiste souhaite aussi capitaliser sur la “vague verte” des dernières municipales, qui a notamment emporté les villes de Lyon, Villeurbanne (alliance avec Cédric Van Styvendael) et Annecy, pour se servir de ces élections régionales comme d'un tremplin avant la présidentielle de 2022. “L’élection municipale a déjà crédibilisé les écologistes dans notre capacité à gouverner. Aujourd’hui, il est important pour nous de montrer que nous sommes une vraie alternative aux politiques menées en France, et notamment ici par Laurent Wauquiez. C’est une étape importante avant 2022”, a analysé M.Bernard. Ce dernier assure qu'il ne sera pas candidat aux régionales et aura une position de simple soutien dans la future campagne. Rompu au rouage de son parti, c’est plutôt dans un rôle de stratège politique qu’il participera à cette campagne.

Une femme tête de liste dans la région

Un processus de désignation des têtes de liste est en cours et un binôme composé d'un homme et d'une femme sera désigné le 26 septembre. Ensuite, un choix sera acté au niveau national pour savoir qui des deux personnes choisies sera la tête de liste afin de respecter l’équilibre hommes-femmes dans les 18 régions françaises. “En Auvergne Rhône Alpes, la tête de liste sera probablement une femme”, a d’ailleurs d'ores et déjà expliqué Bruno Bernard. Ce dernier n'a pas promis de noms ronflants, mais des candidats “crédibles”. “La notoriété ne compte pas. Ce qui compte c'est la crédibilité de notre projet. D'ailleurs si l'on devait jouer sur la notoriété, on n'a aucun candidat aussi connu que Laurent Wauquiez”, s'est-il amusé.

Quant aux accords avec les différents partenaires politiques, comme lors des municipales, EELV compte pour le moment partir en solo. “Il y aura deux tours. D'abord on veut être l'alternative crédible. Et ensuite on s'alliera avec ceux qui sont le plus proche de nous”, a conclu M.Bernard.

à lire également
5 commentaires
  1. Galapiat - 27 août 2020

    Vous aimez les interdits, les ayatollahs vont vous guider, Pour nous le vélo, pour eux les véhicules de fonction !!avec chauffeurs , payés par la collectivité. il n'est qu'à regarder le guide, Hulot et son hélico qu'il utilise pour se rendre dans sa modeste propriété de quelques centaines Ha construite dans la foret Corse.

    1. Abolition_de_la_monnaie - 28 août 2020

      Les élus EELV utilisent des vélos pour se déplacer. Comme par exemple le président de la métropole et le maire de Lyon. ça change des vieilles générations qui ont méprisé l'environnement et qui continuent de le faire ! 🙂

      Après, on le sait, il y a "écolo" et "écolo". Ceux qui mettent leur vélo sur leur voiture pour aller faire du sport... on sait ce qui les anime.

      1. Galapiat - 29 août 2020

        Que c'est beau de croire aux clichés dispensés par les élus eux mêmes, l'achat des 16 Peugeot 508 c'est surement pour meubler le garage ou occuper les chauffeurs devenus inutiles au volant !

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut