Expo Lien école ©Tim Douet
©Tim Douet

À Lyon, le privé ne veut pas des nouveaux rythmes scolaires

Alors que les nouveaux rythmes scolaires vont animer la rentrée dans les écoles publiques, Lyon Capitale s’est rapproché des établissements privés de Lyon pour connaître leur position. Aucune école privée de la ville n’a décidé d’appliquer la réforme lors de cette rentrée.

Parmi les 36 écoles primaires et maternelles privées de Lyon recensées sur le site du rectorat, une seule applique la semaine de 4,5 jours, loin des 10 % estimés à l’échelle nationale. Il s’agit de l’école Pierre-Termier, dans le 8e arrondissement. Un rythme qui existe dans cet établissement depuis près de 40 ans !

Les parents voulaient conserver la semaine de 4 jours

Les autres ont fait le choix de rester à la semaine de 4 jours, sans être totalement réfractaires à la réforme. "On y a beaucoup réfléchi et on est restés très attentifs, mais ce n’était pas le souhait des familles", déclare-t-on du côté de l’école du Saint-Nom-de-Jésus. Comme cette école, d’autres avouent s’être interrogées sur la question et avoir sondé les parents d’élèves l’année dernière. Il en est ressorti qu’une grande majorité souhaitait que le rythme de 4 jours soit conservé, permettant "une coupure salutaire le mercredi".

À Lyon, dans le public, la municipalité a fait le choix de regrouper les activités périscolaires le vendredi après-midi. Certaines des écoles que nous avons sondées nous ont confié attendre de voir comment se passe la mise en place des nouveaux rythmes scolaires dans le public avant de prendre une décision pour la rentrée 2015, comme l’Externat de la Rédemption : "Avec la directive de la DEC [Direction de l’enseignement catholique, NDLR], nous n’étions pas obligés de l’appliquer. Du coup, on attend de voir."

Pas de hausse des inscriptions à cause de la réforme

Interrogés sur leurs effectifs, une partie des établissements privés préfère attendre la rentrée pour livrer des chiffres officiels. Toutefois, ils ne signalent pas d’arrivée massive d’élèves dont les parents voudraient fuir les nouveaux rythmes scolaires du public. Seuls trois d’entre eux ont remarqué un tel phénomène – St-Bruno-St-Louis dans le 1er arrondissement, Chevreul-Ste-Croix dans le 2e et Notre-Dame-des-Anges dans le 7e, précisant que "cela ne concerne qu’une poignée de nouveaux venus et [que] l’essentiel du recrutement ne tourne pas autour de la question des rythmes scolaires".

École primaire privée Effectif 2013 (rectorat) Effectif 2014 (écoles) Semaine
Lyon 1er
Institution des Chartreux 408 400 4 jours
Saint-Bruno-Saint-Louis 128 135 4 jours
Lyon 2e
Chevreul-Sainte-Croix 201 210 4 jours
Sacré-Cœur centre St-Marc 435 n.c. n.c.
Saint-Nizier Tour-Pitrat 255 268 4 jours
Lyon 3e
Markarian-Papazian 209 213 4 jours
Nouvelle-de-la-Rize 86 n.c. n.c.
Immaculée-Conception 237 233 4 jours
Charles-de-Foucauld 516 519 4 jours
Lyon 4e
Charles-Demia 201 n.c. 4 jours
Providence-des-Trinitaires 210 215 4 jours
Saint-Denis 328 260 4 jours
Lyon 5e
La Favorite 334 n.c. n.c.
Notre-Dame-des-Minimes 202 n.c. 4 jours
Notre-Dame-du-Point-du-Jour 221 224 4 jours
Saint-Jean 183 n.c. n.c.
Saint-Just-Saint-Irénée 219 219 4 jours
Sainte-Ursule 211 n.c. 4 jours
Sainte-Marie Lyon 639 n.c. 4 jours
Lyon 6e
Bilingue La Nursery 817 n.c. 4 jours
Cours Diot 225 224 4 jours
Externat de la rédemption 454 454 4 jours
Notre-Dame-de-Bellecombe 291 n.c. 4 jours
Saint-Joseph-des-Brotteaux 258 n.c. 4 jours
Saint-Nom-de-Jésus 149 149 4 jours
Saint-Pothin-Ozanam 329 324 4 jours
Lyon 7e
Chevreul-Lestonnac 135 135 4 jours
Notre-Dame-Saint-Joseph 362 n.c.
Notre-Dame-des-Anges 292 305 4 jours
Saint-André 124 n.c. 4 jours
Saint-Michel 214 214 4 jours
Lyon 8e
New School (école bilingue) 290 n.c. n.c.
Notre-Dame-de-l'Assomption 268 274 4 jours
Pierre-Termier 421 n.c. 4,5 jours
Saint-Maurice 262 266 4 jours
Lyon 9e
Saint-Charles-de-Serin 241 n.c. n.c.
à lire également
Dessin © Isacile
Les réseaux sociaux sont le premier moyen d’information des jeunes, loin devant la télévision, les sites de vidéo en ligne, la radio ou encore la presse. 71 % des 15-34 ans les utiliseraient quotidiennement pour s’informer. Ce qui présente certains intérêts, mais aussi beaucoup de risques. Comment aider son enfant à ne pas croire, ni partager, tout ce qu’il lit ?
Faire défiler vers le haut