Une école primaire
©Tim Douet

A Lyon, la ville mesure la pollution dans les écoles

Sur les 51 premiers établissement testés, l’indice de confinement est trop élevé dans sept écoles.

Les enfants passent 90 % de leur temps à l'intérieur. Un constat qui a conduit à une évolution de la législation. À partir du 1er janvier prochain, les mesures des polluants dans les salles de classe seront obligatoires. À Lyon, la campagne a déjà commencé et la Ville se dit plutôt satisfaite du bilan provisoire sur les 51 premiers établissements testés.

"Nous n'avons aucun dépassement des valeurs limites pour les formaldéhydes et les benzènes, qui sont deux marqueurs importants", se félicite Anne Brugnera, adjointe à l'éducation. En revanche, 7 établissements sur 51, soit plus de 10 %, ont un indice de confinement trop élevé. Des consignes ont donc été données aux personnels afin que les locaux soient mieux aérés le matin et le soir.

Mais cette solution ne paraît pas satisfaisante partout. Notamment à l'école Michel-Servet, où les enfants sont exposés à des taux élevés de particules fines et de dioxyde d'azote à l'extérieur.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut