Thibaut Souilliard
©Tim Douet

Thibaut Souilliart : “J’espère toucher le public de la finale”

Au terme d’une soirée animée, Thibaut Souilliart, doctorant en génie civil, a remporté le concours “Ma thèse en 180 secondes” de Lyon. Il est en course pour la finale nationale, qui aura lieu à Paris le 14 juin.

Lyon Capitale : Comment avez-vous pris le fait de gagner ce concours ?

Thibaut Souilliart : Je ne m’y attendais pas du tout, je suis très content d’avoir reçu à la fois le prix du jury et le prix du public. J’espérais éventuellement recevoir le prix du public, parce que mon discours s’y prêtait bien, mais je ne pouvais pas m’attendre à faire un tel combo.

Vous sembliez très serein sur scène. Quel est le secret pour être aussi serein ?

Ma sérénité sur scène était de façade parce que j’étais très stressé. Une fois sur scène, le stress s’en va peu à peu car je ne pensais plus qu’à mon discours.

Comment aviez-vous préparé votre prestation ?

Déjà, il y a une formation qui est donnée par l’Université de Lyon pour préparer le concours. J’ai appris à savoir comment me comporter devant un public. Ensuite vient le choix du texte. C’est un très gros travail d’écriture. Après tout ça, il suffit de répéter son texte matin et soir pour être enfin prêt.

Est-ce difficile de parler de ses travaux de thèse devant un public néophyte ?

Je ne crois pas. À partir du moment où je me suis inscrit pour ce concours, je savais que je ne pouvais pas tout dire sur mes travaux de recherche. Par contre, c’est extrêmement difficile de garder son calme quand il faut passer après cinq participants qui font de très bonnes prestations.

Quel est le secret de la compréhension ?

D’une part, il faut se mettre dans la tête des gens. Pour ça, il faut mettre en connexion son travail de recherche et faire le lien avec le public. Dans mon cas, j’ai essayé de toucher le public par mon sujet, qui est un problème de société. Dans un second temps, il faut insister sur ce que le public peut visualiser dans mes travaux de recherche. C’est pour ça que j’ai insisté sur mes démarches expérimentales. Une barre qui frappe un tube, tout le monde peut le comprendre.

Pourquoi avoir tenté cette expérience ?

J’ai saisi l’opportunité dès qu’elle s’est offerte à moi. Cela m’a permis d’associer ma passion du théâtre et mes travaux de recherche.

Que peut-on vous souhaiter pour la suite de l’aventure “Ma thèse en 180 secondes” ?

J’espère que je toucherai le public de la finale nationale autant que celui de Lyon.

Retrouvez la vidéo de sa présentation :

à lire également
Sur le site de la Manufacture des Tabacs, la faculté de Droit de l'Université Jean Moulin Lyon 3 ouvre pour la première fois ses portes en soirée, le jeudi 4 octobre. Au programme : conférences de ténors du barreau, procès fictif du personnage Severus Rogue de Harry Potter ou projection et débat autour du documentaire déjanté "Ni juge, ni soumise" en présence de la juge d'instruction belge Anne Gruwez  et des réalisateurs de l'émission Strip-tease...
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut