Edu
© Tim Douet

Pour les Catalans de Lyon, l’indépendance est la “seule solution”

Une centaine de personnes ont manifesté hier soir à Lyon pour dénoncer les violences lors du référendum sur l’indépendance en Catalogne ce dimanche. Brandissant le “droit des peuples à disposer d’eux-mêmes”, les Catalans rencontrés place des Terreaux estiment que l’indépendance est la “seule solution” désormais.

“Bonsoir, vous êtes espagnols ?” “Non, catalans !” Le ton est donné d’emblée, à notre arrivée place des Terreaux ce mardi à 19 heures. Autour d’une urne et de drapeaux catalans, une centaine de personnes : jeunes étudiants catalans, militants de la gauche syndicale traditionnelle française… réunis pour dénoncer les violences qui ont émaillé le référendum sur l’indépendance qui s’est tenu ce dimanche en Catalogne. Drapeaux catalans en guise de cape, T-shirt du FC Barcelone sur les épaules, bouches barrées d’un trait de rouge à lèvres, les jeunes Catalans présents ont répondu à l’appel d’un groupe Facebook des Catalans à Lyon. “On a organisé cette manifestation pour revendiquer le droit des Catalans à voter”, explique Oriol, l’un des organisateurs. Bénévole pour l’Assemblée nationale catalane en France, il ne se dit pas forcément surpris par la répression policière survenue ce dimanche : “Nous savions que le gouvernement de Mariano Rajoy était capable de faire ce qu’il s’est passé dimanche, mais on ne s’attendait pas à l’ampleur que la violence a prise. Qui plus est dans un pays qui est membre de l’Union européenne.”

“Quelque chose s’est cassé”

Pour Oriol, “quelque chose s’est cassé ce dimanche”. Une position partagée par Edu, étudiant en ingénierie agricole à Lyon : “J’ai des amis catalans qui étaient pour le référendum, mais contre l’indépendance. Mais, ce qu’il s’est passé depuis deux semaines – les violences policières, les urnes volées, les courriers des gens ouverts par la police – les a fait réfléchir et aujourd’hui ils sont pour l’indépendance.”

“Quelle que soit la solution, elle devra être soumise au peuple”

Edu estime aujourd’hui que l’indépendance de la Catalogne “est la seule solution”  : “La Catalogne est une nation et l’Espagne est un pays multinational. Le problème, c’est que Madrid et la Castilla croient qu’ils savent mieux que les autres ce qui est bon pour eux. Comme une confédération n’est pas possible, la seule solution, c’est l’indépendance.” “Il faut arriver à une solution, renchérit Oriol. L’indépendance devrait être déclarée prochainement. Il y aura ensuite des négociations et il faut un intermédiaire indépendant pour les mener. Quelle que soit la solution, elle devra de toute façon être soumise au peuple.”

Pacifiste : jusqu’à quand ?

Pour le moment pacifiste, le mouvement d’indépendance catalan pourra-t-il le rester si les violences continuent ? Une question à laquelle l’ensemble des personnes présentes répondait ce mardi soir d’un oui franc. “Il faut être pacifiste et le rester parce que la violence ne nous mènera nulle part”, assure Oriol. “Ce qu’il s’est passé dimanche a été magnifique, malgré la violence des policiers il n’y a eu aucune violence”, ajoute Edu. Mais, pour ce dernier, les gens ne se laisseront pas taper dessus éternellement : “Il faut rester pacifiste, mais si la violence augmente il va falloir se défendre de façon proportionnelle à l’attaque. Ce sera de la légitime défense.”

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut