Saint-Just portrait

N’ayons pas peur

Des centaines de morts, de blessés à Nairobi et Peshawar, des “infidèles” innocents et désarmés abattus sans pitié (il y a eu vraisemblablement quelques musulmans victimes collatérales et tués par erreur). Le terrorisme islamiste a frappé une nouvelle fois, il frappera encore.

C’est évidemment atroce et révoltant, mais, en termes stratégiques, ces terroristes représentent-ils un danger ? La réponse est forcément négative, chaque fois que nous leur avons fait la guerre – en Afghanistan, en Irak, au Mali –, ils ont été défaits en quelques jours et les territoires qu’ils contrôlaient sont désormais un champ de ruine.

Ils n’ont pas les moyens militaires et technologiques pour nous vaincre, ils ne peuvent nous envahir, ni nous dominer. Leur seule arme est la terreur aveugle répandue par quelques ratés, des paumés, des analphabètes abrutis comme il ressort chaque fois que l’un d’entre eux est arrêté et jugé. Alors, il ne faut pas les craindre, il faut les affronter avec résolution et sang-froid, les battre chez eux et chez nous.

Chez eux, il faut leur porter des coups violents et douloureux, nous avons pour cela l’arsenal nécessaire en armes à longue distance. Il faut aussi les isoler, les boycotter, mais il faut éviter de les occuper, l’occupation de l’Irak et de l’Afghanistan le démontre, la seule guerre que nous ne pouvons pas gagner est celle de la guérilla en terrain hostile. Détruisons donc résolument leurs infrastructures, leurs dépôts d’armes et de pétrole, recommençons jusqu’à ce qu’ils croupissent sur leurs décombres.

Chez nous, il faut aussi lutter fermement, sans aucune pitié contre leur propagande, leur influence, leurs prêches. Il ne faut pas hésiter un seul moment à expulser ou emprisonner ceux qui hurlent leur haine et prônent notre destruction, nous “les infidèles, les croisés ou les juifs”, comme ils disent. De même, n’ayons aucune compréhension pour ceux qui manifestent une forme d’indulgence à l’égard d’assassins, de meurtriers sauvages et primaires mais par ailleurs (par ailleurs ?) “bons musulmans”.

Évitons évidemment les amalgames simplistes : la majorité des musulmans – comme la majorité des chrétiens, des juifs, des bouddhistes, des athées – est partisan de la paix, de la démocratie, de la tolérance. Mais le terrorisme qui frappe depuis quelques années constamment et partout dans le monde provient du même terreau, de la même engeance et d’une même conception fascisante.

“Pas de liberté pour les ennemis de la liberté”, proclamait Saint-Just. Soyons révolutionnaires et n’ayons pas peur.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut