N°23 : quand Boyon vantait la “solidité financière” de son ami Houzelot

Interviewé sur LCI il y a trois ans, l’ancien président du CSA dénonçait précisément le scandale que nous sommes en train de vivre avec la revente de Numéro 23 au groupe d’Alain Weill (RMC, BFM)... Et pour cause : c’est lui qui l’avait sciemment rendu possible en octroyant, en parfaite symbiose avec les acteurs de Bygmalion, quelques producteurs véreux et l’Élysée, une chaîne TNT gratuite à un pornographe sans le sou... Une opération financière parfaitement huilée et préparée, comme le dévoile avec amertume aujourd’hui l’ancien sage du CSA Rachid Arhab. Et au final une escroquerie à 90 millions d’euros, avec la diversité comme alibi.

Interview de Michel Boyon sur LCI, 30 mars 2012

MICHEL BOYON : Un autre critère que nous avons retenu, c’est celui de la solidité financière du candidat, on ne veut pas se retrouver dans un an, dans deux ans, dans trois ans, avec une situation que nous avons connue, où des gens mettent la clef sous la porte parce que, ils n’arrivent plus à joindre les deux bouts, et ils rendent leur fréquence au CSA, où ils la vendent à un autre opérateur. Ça, je n’en veux plus, parce que ça n’est pas correct, ni vis-à-vis du CSA, bien sûr, ni vis-à-vis surtout du public, et c’est ça qui compte le plus.

JULIEN ARNAUD : Alors la seule chaîne qui n’est pas issue de groupe important, mais qui est adossée à un tour de table financier solide, c’est la chaîne TVOUS ; on a l’impression, Michel BOYON, que, il suffit de mettre l’expression “diversité” quelque part pour que ça prenne, pour que ça marche. La ligne éditoriale de cette chaîne sur la diversité, franchement, elle n’est pas très, très claire, comment vous faites pour agglomérer les différentes communautés, comme on dit, qu’est-ce qu’il y a de commun entre par exemple les handicapés et les homosexuels, c’est ça qu’on a du mal à comprendre.

MICHEL BOYON : Alors, d’abord, le thème de la diversité, c’est, depuis mon arrivée au CSA, l’un des thèmes majeurs de notre institution. C’est un thème majeur, mais ça n’est pas parce que la chaîne disait “je suis une chaîne de la diversité” qu’elle a été sélectionnée, il y a beaucoup d’autres chaînes qui ont mis en avant ce thème de la diversité, les responsables du projet TVOUS ont dit très clairement qu’il ne s’agissait pas pour eux de faire une simple juxtaposition de communautarismes, ce n’est pas ça. Et ça n’est pas non plus une sorte d’alibi pour justifier que les autres chaînes ne s’intéressent pas à la diversité.

à lire également
Mathias Destal, Jean-Pierre Canet, Frédéric Champly et Daphné Gastaldi lors de la présentation de Disclose à Sciences Po Lyon, le 20 novembre 2018 © M. Régis
Entre l'ONG et le média, Disclose veut implanter en France le journalisme d'investigation à but non lucratif afin de “rendre l'information gratuite et sans enjeux financiers”. Ce mardi soir à Sciences Po Lyon, un débat autour des lanceurs d'alerte était organisé pour présenter le projet.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut