Les chiffres préoccupants de l’hôtellerie lyonnaise

Si l’hôtellerie lyonnaise a réalisé un beau mois d’octobre, ses performances économiques depuis le début de l’année sont préoccupantes, avec une baisse simultanée du taux d’occupation et du prix moyen des chambres.

L’hôtellerie lyonnaise s'est plutôt bien portée en octobre dernier, par rapport à octobre 2013. Si les taux d'occupation sont globalement stables, avec la tenue de plusieurs congrès et salons, le prix moyen des chambres est en augmentation de 2,8 %.

La zone Grand Lyon Centre bénéficie à plein de cette bonne conjoncture, avec un taux d’occupation des chambres en hausse de 1,7 % et des prix moyens qui progressent dans un même temps de 3,1 %.

Les hôtels 4/5 étoiles tirent leur épingle du jeu, avec une fréquentation en hausse de 5,5 % et une augmentation de leurs tarifs de 2,6 %. A contrario, les classes économiques et super-économiques sont à la peine, avec des taux d'occupation et un prix moyen dégradés.

Une année morose

S'il faut saluer cette honorable performance en octobre, l'évolution de l'économie de l’hôtellerie lyonnaise depuis le début d'année est cependant plus préoccupante.

De janvier à octobre, le taux d'occupation a reculé de 2,2 % en moyenne par rapport à la même période en 2013. Toutes les catégories d'hôtels sont concernées, à l'exception des 4/5 étoiles, qui restent stables. En revanche, toutes les classes d'hôtels se sont effondrées en ce qui concerne le prix moyen de la chambre, qui a chuté de 3,7 %. Un recul du prix particulièrement important pour les hôtels 2 étoiles (-3,3 %) et 4/5 étoiles (-3,1 %).

Les hôteliers de l’agglomération misent donc beaucoup sur la Fête des lumières qui débute demain à Lyon, pour booster leur économie et tenter de rattraper une année qui ne s'annonce pas des plus florissantes.

à lire également
Pascal Le Merrer, fondateur des Journées de l’économie de Lyon © Antoine Merlet
Entretien avec Pascal Le Merrer, professeur d’économie à l’ENS, qui a fondé, à Lyon, en 2008 les Journées de l’économie, dont la 12e édition s’ouvre le 5 novembre sur le thème “Environnement, numérique, société… la décennie de tous les dangers”. Dix ans durant lesquels les économistes vont devoir “trouver un consensus” pour éviter un retour des populismes.
1 commentaire
  1. FOurs - 4 décembre 2014

    L'implantation des hôtels dans l'agglomération est mal répartie. Il y a des zones qui n'ont plus d'hôtel, des zones où il y en a plein. Du coup les hôtels des centres ville sont chers. Il y a aussi plus de chambres d'hôte où tout est cher : p-ê sont-elles mieux réparties…

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut