BD stop tafta
DR

"Le Tafta, c'est vache",la BD qui dénonce les accords de libre échange

Une discussion entre deux vaches scandalisées par des accords de libre-échange. Telle est l'histoire qui est contée dans la bande-dessinée "Le tafta, c'est vache", imaginée par le collectif lyonnais "Stop Tafta". Une approche humoristique pour parler d'un sujet qui fait polémique.

BD stop tafta ()

DR

Le dessin est un langage universel et cela, le collectif lyonnais "Stop Tafta" l'a bien compris. Afin de sensibiliser la population sur les accords de libre-échange, le groupe citoyen a choisi de réaliser une bande dessinée. Sur un ton humoristique, l'ouvrage explique en quoi les traités transatlantiques, tels que le Tafta et le Ceta menacent "nos valeurs les plus élémentaires" selon le collectif.

Le Tafta, ou traité de libre échange transatlantique, est un accord commercial entre l'Union européenne et les États-Unis en cours de négociation. Il prévoirait une zone de libre échange commercial entre les deux zones politiques et économiques. Pas encore ratifié, ce traité suscite de nombreuses critiques, notamment sur la déréglementation de la législation européenne, qui se rapprocherait des lois américaines.

"Nous rendons le sujet plus attractif"

Avec sa bande dessinée, le collectif entend donc gagner un large public : "Ces accords concernent tout le monde mais ne sont pas faciles à comprendre. Avec notre BD et son ton décalé, nous rendons le sujet plus attractif", explique Sylvain Bermond, membre du collectif depuis 2014.

Réalisée en près d'un mois et grâce à la participation de deux graphistes et d'une personne chargée du script, la bande dessinée est disponible depuis ce samedi 15 octobre sur le site internet du collectif.

Les personnages sont deux vaches qui s'inquiètent pour leur avenir et pour celui de leur agriculteur. "Quoi ? On va être en concurrence avec nos cousines américaines ?" peut-on lire dès les premières planches de la bande dessinée. En quelques bulles, les polémiques sont évoquées. Par le biais de cet ouvrage, le collectif dénonce ces accords qu'ils considèrent comme "contraires au respect individuel et environnemental".

Une pétition signée par 3 millions de personnes

"Le Tafta limiterait le pouvoir des États à réglementer les services publics et ne respecte pas les engagements pris lors des accords de Paris", déplore Sylvain Bermond.

Depuis sa création en 2013, "Stop Tafta" multiplie les moyens d'actions afin de faire entendre la voix de l’opinion publique sur ces traités internationaux. Ce samedi 15 octobre, une journée d'action est d'ores-et-déjà prévue. La vingtaine de membres de "Stop Tafta" déambuleront, aux côtés du mouvement citoyen, "Alternatiba Rhône" avec l'unique but de permettre l'abandon de ces traités.

2 ()

DR
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut