L’Olympique lyonnais vexé par un article sur le naming du Parc OL

Visiblement contrarié par un papier de l'hebdomadaire Les Potins d'Angèle sur les revenus en baisse du naming du Parc OL, l'OL a répondu dans un communiqué au vitriol.

Dans un communiqué au vitriol, l'OL a répondu de manière plus que virulente à un article paru dans le journal Les Potins d'Angèle cette semaine. Dans cet article intitulé "Jean-Michel Aulas mange son chapeau avec le naming du Grand Stade", l'hebdomadaire expliquait que la promesse initiale de revenus située "entre 10 et 15 millions d’euros" ne serait pas tenue par le président de l'OL pour renommer son stade. En négociation exclusive avec Groupama, Jean-Michel Aulas pourrait finalement ne récupérer que 3,5 millions selon les informations des Potins.

Des informations "gratuites et infondées", selon l'OL qui n'a cependant pas souhaité "répondre sur le fond", mais a préféré s'en prendre personnellement au journal et son directeur de la publication, Gérard Angel. "Gérard Angèle (sic) se nourrit décidément avant tout de sarcasmes, mépris et toute autre forme de moquerie, qui expliquent sans doute le manque total de crédibilité de sa publication Les Potins d’Angèle", écrit l'OL dans un communiqué. "Dans le cas de l'Olympique Lyonnais, Gérard Angèle n'a de cesse depuis des années de critiquer ce qui fut d'abord un projet innovant de stade, puis une réalisation et aujourd'hui le succès d'une véritable stratégie qui sert de référence à l'Europe entière en matière de stade digital entièrement financé par le privé (…) Dans sa publication de cette semaine, Les Potins d'Angèle aborde le naming du stade, non pas avec le respect de cette stratégie entrepreneuriale gagnante, mais avec le mépris d'un esprit étroit au demeurant doublé de fausses informations issues de sa mauvaise foi légendaire", poursuit le club. Ce dernier a aussi ironisé sur le nombre de lecteurs de l’hebdomadaire en écrivant : "les salariés d'OL Groupe dont le nombre de 420 est peut-être supérieur aux ventes de cette publication".

Une publication visiblement si peu importante pour l'OL que le club a tout de même décidé d'y répondre à travers un communiqué. Un véritable cas d'école de l'effet Streisand puisque si le papier était passé inaperçu jusqu'ici, tout le monde veut le lire désormais. Un bon coup de pub pour Les Potins d’Angèle. Pas forcément pour l'OL.

Retrouvez notre dossier : "Les promesses non tenues du Parc OL" dans notre mensuel de juillet

5 commentaires
  1. grandlyonnaise - sam 8 Juil 17 à 9 h 23

    'entièrement financé par le privé' dit il Si on doit faire un classement des menteurs, ce 'petit' capitaliste (tant en taille qu'en ouverture d'esprit) tient le pompom C'est en effet autant d'argent public que privé qui ont été mobilisés pour la construction de sa danseuse cotée en bourse dont il remplit les caisses sans partage, bien au contraire, puisque la collectivité continue à lui apporter sa manne annuelle de billetterie peut être d'ailleurs pas suffisante pour couvrir les dépenses (pour mémoire, les 6 derniers exercices comptables cumulent un déficit de 150 millions d'euros)

  2. grandlyonnaise - sam 8 Juil 17 à 9 h 30

    en tout cas, les vérités des potains semblent bien taper dans le mille de celui qui, à défaut d'arguments sérieux (lui qui nous annonce l'arrivée du naming pour le lendemain et ce depuis cinq ans) n'a à disposition que le mépris et l'humiliation, à l'égard de ceux qui ont le défaut d'avoir les yeux et les oreilles ouverts et quelques neurones disponibles s'ils ne sont pas sous emprise du ballon et de l'intox du manipulateur .....

  3. grandlyonnaise - mer 12 Juil 17 à 0 h 46

    l'OLG en bourse, personne n'y croit ! malgré les soi disant super informations concernant ce projet qui fait rayonner LYON dans le monde entier (ben voyons !), le cours n'a de cesse de descendre au 4ème sous sol : Pour mémoire : Appel au marché en 2007 au prix de 24 € /action (précision : les majoritaires (aulas et seydoux, soit 75% du capital social) se sont contentés de voir arriver la manne de 25% des actionnaires 'petits porteurs' qui ont apporté sans apporter eux mêmes 1 centime - cette trésorerie a complètement fondu au soleil par des choix hasardeux qui révèlent l'amateurisme de gestion, assurés toutefois de l'aide des contribuables (600.000 euros par an par collectivité - métropole et département - qui leur assurent complément de billetterie et aides diverses ...)

  4. grandlyonnaise - mer 12 Juil 17 à 0 h 48

    A ce jour, les petits porteurs sont dilués par 2 augmentations de capital successives qui leur confèrent une position 10 fois inférieure dans le camembert le jour où, miracle, les résultats de l'entreprise OLG cotée en bourse, seraient devenus 'bénéficiaires ' en matière de distribution des bénéfices, Deuxième punition : le cours de ce jour, 10 juillet 2017 ets de 2,90 € soit perte de 95 % pour ceux qui se font fait 'berner' et ont avaler les promesses comme du petit lait !Justifications de ces affirmations à la demande !

  5. grandlyonnaise - mer 12 Juil 17 à 0 h 58

    CONCLUSION : d'être celui qui 'pisse le plus loin' ça ne se décrête pas, ça se CONSTATE ! et là, malgré toute la littérature et l'intox de celui qui prétend faire rayonner LYON dans le monde entier, il me semble qu'il en manque un peu !Osez le dire ! moi j'ose parce que je connais l'animal

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut