Ideas Box
BSF

Ideas Box : l’aide culturelle d’urgence

Bibliothèques sans Frontières présente à Lyon jusqu’au 19 août, sur le parvis du centre des congrès, ses Ideas Box : un nouveau dispositif d’accès à la culture et à l’information pour les personnes isolées, dans les camps de réfugiés notamment. Les Ideas Box sont des boîtes renfermant des outils éducatifs et pédagogiques.

Dans le cadre du congrès de la Fédération internationale des associations de bibliothécaires (IFLA), qui se tient à Lyon du 16 au 22 août, l’ONG Bibliothèques sans frontières (BSF), présidée par Patrick Weil, est venue présenter pour la première fois en France les Ideas Box. Ces conteneurs design et modulables renferment tout un arsenal de fournitures éducatives et pédagogiques à destination des populations en situation d’urgence.

D’Haïti au Liban : une aide aux réfugiés

Initialement développées pour venir en aide aux réfugiés dans les zones de conflits, une fois l’aide humanitaire vitale acheminée, les Ideas Box ont pour objectif de proposer un ensemble d’outils et de services éducatifs, informatifs et culturels.

Elodie Perroteau, chargée de projet à BSF, explique que “c’est à partir de 2010, après le séisme en Haïti, que l’idée est venue de créer ces boîtes modulables. Nous avions acheminé dans des camps de déplacés des malles contenant des livres en créole. Et ce projet a rencontré un grand succès auprès des populations déplacées”. Et d’ajouter : “Il nous est venu l’idée de créer un dispositif plus compact et similaire, mais adaptable aux situations d’urgence.” Aujourd’hui, BSF a installé trois Ideas Box au Burundi, dans les camps de réfugiés congolais. L’association prévoit l’implantation d’une autre au Liban et en Jordanie pour les réfugiés syriens.

Un dispositif coûteux mais plébiscité par les populations

Cependant, les Ideas Box sont onéreuses. Il faut compter 50 000 euros par dispositif, ce qui reste encore élevé. Fort heureusement, les Ideas Box sont financées à la fois par des institutions publiques et par le privé, l’agence des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) participe également à leur implantation.

Pour Elodie Perroteau, l’idée est de “créer, s’informer, et éduquer simplement”. Elle remarque que le dispositif a déjà fait ses preuves : “Nous avons eu 25 000 visites dans le premier mois d’implantation au Burundi ; c’est beaucoup.” Les personnes ayant eu accès à ce dispositif n’hésitent pas à revenir pour utiliser des services souvent trop rares dans les zones de conflit.

Des ressources éducatives et pédagogiques

Chaque Ideas Box contient quatre modules comprenant plus de 250 ouvrages pour les jeunes et les adultes ainsi qu’une quinzaine de tablettes numériques et deux ordinateurs portables avec un accès à Internet. Le troisième module renferme des outils de créativité, comme des caméras permettant la réalisation de petits films ainsi que des jeux pour les enfants. Enfin, le quatrième module est un espace dédié au cinéma avec un grand écran et de nombreux films.

Des Ideas Box en France ?

Malgré tout, les Ideas Box n’ont pas seulement pour objectif de s’installer dans les camps de réfugiés. Elodie Perroteau indique également que “l’implantation en zones rurales est en réflexion. Certaines municipalités en France nous ont contactés. Ce sont aussi des espaces pertinents pour l’implantation de ce dispositif afin de combler des manques en matière d’infrastructures notamment”.

à lire également
Dans un arrêté, la préfecture du Rhône force JCDecaux à rouvrir dix sanitaires publics à entretien automatique à Lyon. Le groupe avait choisi de tous les fermer durant cette période de confinement en raison du coronavirus COVID-19.
Faire défiler vers le haut