Opération_Sangaris_5
© Idriss Fall

Comment la France décide d’une opération militaire à l’étranger ?

C’est le thème du rendez-vous de l’université Lyon 2, ce mercredi à partir de 16h45. L’établissement accueille le gouverneur militaire de Lyon, le général Pierre Chavancy. Il s’exprimera notamment sur la “légitimité” des opérations extérieures françaises.

C'est une séance de sensibilisation et de communication, plus qu'une conférence. Ce soir, le gouverneur militaire de Lyon s'exprimera sur le “schéma décisionnel” d'une intervention des forces armées à l'étranger. Ainsi que sur les “principes” qui fondent ”la légitimité des actions militaires” pour la France.

Un point de vue officiel qui sera suppléé par une approche plus historique. Jean-François Guilhaudis, professeur en sciences politiques, proposera des “comparaisons entre les interventions occidentales depuis les années 1990 jusqu'à l'intervention en Afghanistan”.

Les interventions de la France à l'étranger, on les connaît notamment sous le nom d'“opérations extérieures”, abrégées en Opex. Ce type d'action militaire est particulièrement encadré par le droit international. Elles sont censées se faire seulement avec l'accord des Nations unies.

Elles peuvent aussi être menées dans le cadre d'une coalition internationale. Une problématique abordée notamment par le professeur Guilhaudis, qui parlera du “processus décisionnel dans le cadre des opérations en coalition”.

Opérations extérieures : comment décider ? Mercredi 10 février à partir de 16h45-17h, à l’université Lyon 2, 92 rue Pasteur, Lyon 7e.
à lire également
Vendredi 21 février, le conseil du Sytral vote pour la résiliation du contrat Rhônexpress. Le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld, exulte. Après plus d'une heure de débats et de doutes, il sait qu'il aura les douze voix requises pour faire passer cette mesure sans possible retour en arrière. Lors du vote final, il lève les deux bras faisant le V de la victoire. À côté de lui, Gérard Collomb croise les bras. La mine sombre, il est KO. Son ancien dauphin, devenu dissident, vient de porter un coup à sa conception du modèle lyonnais.
Faire défiler vers le haut