8 décembre : “Le risque zéro n’existe pas”

L’Autre Direct – S’il reconnaît que, “cette année comme les précédentes”, le risque d’un attentat terroriste existe sur la Fête des lumières, l’adjoint à la sécurité du maire de Lyon, Jean-Yves Sécheresse (ex-PS), estime que les services de police ont “extrêmement bien préparé les choses”.

"Le risque d'attentat perdure dans toutes les grandes capitales européennes. On sait que ce risque est toujours présent, on sait qu'il a évolué, mais nous préparons l'ensemble de ces événements de la manière dont il convient", assure l'adjoint à la sécurité du maire de Lyon, Jean-Yves Sécheresse, qui se veut rassurant à quelques jours du 8 décembre, dans une ville qui a su accueillir de nombreux événements malgré les risques, ces dernières années.

Dans l'entretien vérité à visionner ci-dessous, Jean-Yves Sécheresse explique notamment le rôle du drone militaire qui survolera la ville, autant dans la prévention que dans l'organisation des secours au cas où il y aurait un problème. "Mais il n'y en aura pas", confie, "serein", l'adjoint.

à lire également
Banderole du collectif “Presqu’île en colère” sur des balcons – Lyon, octobre 2019 © Antoine Merlet
La multiplication des collectifs “en colère” aux quatre coins de la ville oblige les candidats aux municipales lyonnaises à développer leur arsenal “sécuritaire”, qui repose principalement sur la police municipale et la vidéosurveillance. Tous en font leur priorité, mais la conception qu’ils en ont ravive des clivages politiques.
Faire défiler vers le haut