Le bon coup de com' des côtes-du-rhône avant le beaujolais nouveau

Inter Rhône, qui rassemble les professionnels de la viticulture et du négoce de la vallée du Rhône, organise une grande dégustation à Lyon, dix jours avant la sortie du beaujolais nouveau, son meilleur ennemi.

L'invitation a été lancée à tout ce que la ville compte d'influenceurs, de journalistes, de cavistes, de sommeliers, de restaurateurs et de patrons de bars à vins.

Le faire part est sobrement intitulé "Fiers d'être Côtes-du-Rhône". Au programme de cet afterwork de trois heures : une dégustation libre de côtes-du-rhône génériques et de côtes-du-rhône villages, des ateliers de dégustation commentée, trois chefs lyonnais (Le Vivarais, Table et Vins d'AinayChez Pierre) qui revisiteront live des spécialités lyonnaises,  le tout "dans une ambiance élégante et conviviale"  au Loft 4.40, dans le Vieux-Lyon.

On ne peut s'empêcher de sourire à la date choisie par l'Inter Rhône, l'interprofession de l'appellation côtes-du-rhône : lundi 5 novembre. Dix petits jours avant le grand raout des beaujolais nouveaux.

Historiquement, le beaujolais coulait entre Rhône et Saône. Et puis, dans les années 80, le beaujolais a commis des erreurs de stratégie et de vinification. "Les viticulteurs se sont vus trop beaux. Ils se sont reposés sur leurs lauriers et ils l’ont payé très cher." confirme Bernard Pivot, propriétaire d'une maison à Quincié.

"Le beaujolais est victime d'un ostracisme moutonnier"

Lyon est aujourd’hui une ville de côtes-du-rhône - même si le beaujolais a entamé, depuis plusieurs années, une reconquête des tables lyonnaises. "Est-ce qu’il s’agit d’une vieille jalousie lyonnaise qui remonte à l’époque où le beaujolais nouveau flambait à Paris, dans les années 70 ?" poursuit Bernard Pivot.

"Ça noiera le "tout beaujolais" médiatique"

Il n'en reste pas moins que l'Inter Rhône, qui promeut l'AOC côtes-du-rhône, entend bien conserver sa place dans les restaurants de Lyon.

Du côté du beaujolais, l'opération du "frère ennemi" fait sourire (jaune) : "les côtes-du-rhône sont en train de faire ce que le beaujolais a fait dans milieu des années 80, avec des vins qui, il faut le dire, n'étaient pas bons. Les côtes-du-rhône ont inondé Lyon avec, très souvent, des vins franchement pas terribles, pour rester poli. Deux semaines avant la sortie des beaujolais nouveaux, leur opération de com' est tout sauf anodine : la presse publiera des articles, ça noiera un peu les beaujolais nouveaux, ou, du moins,  ça contrebalancera le "tout beaujolais" médiatique". 

Un proverbe arabe ne dit-il pas qu' "il ne faut pas rincer la coupe de l'amitié avec du vinaigre"...

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut