L'ain gourmand

Qu'on se le dise, l'Ain tient salon.

Comté, roussette de Seyssel, carpes, grenouilles, gibiers de la Dombes, truites de l'Albarine ou de la Valserine, crème et beurre de Bresse, quenelles aux écrevisses à la sauce Nantua, andouillettes de Châtillon-sur-Chalaronne, diots bugistes, vins du Bugey, cerdon, légumes du Val de Saône... Difficile de faire aussi bien dans un aussi petit territoire. Entre Bresse, Dombes, Bugey et Pays de Gex. Pendant cinq jours, l'Ain tient salon autour de 180 artisans, dans la capitale Bourg-en-Bresse. Dégustations, démonstrations, concours, vente au détail... le pays du "bien manger pour bien vivre" n'a jamais aussi bien porté son nom.

On y croisera Georges Blanc - le parrain du salon, les Tameliers du Bon Pain, des bovins, des cuisiniers formidables et de petits producteurs de vins, des éleveurs caprins, bref le gratin du département de l'Ain. Bienvenue chez Brillat-Savarin ! Certainement l'un de ceux qui fit le plus (de bien) pour la gastronomie dans notre cher pays. A tel point qu'un fromage porte son nom.

Hommage ultime pour l'éminent magistrat qui ne cessait de répéter de son vivant qu' "un dessert sans fromage (était) une belle à qui il manque un "œil". Morale : tout bon gastronome qui se respecte vaquera à Bourg-en-Bresse. Novembre est un mois d'Ain.

Salon de la gastronomie de Bourg-en-Bresse. Du 8 au 12 novembre. Ainterexpo. De 10h à 20h30. Nocturne vendredi 23H.
Entrée : 5 euros.

à lire également
Six ans après avoir été choisie par le gouvernement pour faire partie d’un réseau de vitrines de la culture culinaire française – avec Tours, Paris-Rungis et Dijon –, la Cité internationale de la gastronomie de Lyon ouvre officiellement ses portes le 19 octobre prochain au cœur du Grand Hôtel-Dieu.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut