Clovis Cornillac inaugure son resto d'Ainay

Verre de bière à la main, l'acteur de Karnaval, Mensonges et trahisons et plus si affinités, Les Brigades du Tigre, Faubourg 36 (etc.) inaugurait son "endroit où l'on peut boire et manger". L'associé-patron, Patrick Millereau, ex sommelier au Negresco de Nice, est marié à Emilie Proust (rien à voir avec Marcel), la soeur de Caroline Proust qui n'est autre que la femme de Clovis Cornillac. Kapich ? ! En gros, une histoire de famille.
Bref, l'ancien Fleur de Sel s'est métamorphosé en JoFé. Blanc, moderne. Fermé le week-end.
Après un sympathique entretien des plus culinaires - que vous pourrez retrouver dans Lyon Capitale version papier du mois de novembre - l'acteur le plus en vogue du cinéma français (cinquième frenchy le plus bankable) a "ruinartisé"* ses convives très people d'un soir.

Pool OL
Tout l'Olympique Lyonnais avait fait le déplacement. Ou presque. Il faut dire que Clovis Cornillac ne rate pas un match de l'OL. Premier arrivé, Sonny Anderson, ex-meilleur buteur de l'Olympique Lyonnais au sourire ultra-bright dont le charme brésilien n'a pas laissé indifférent l'attachée de presse de Clovis. Ont débarqué, Jean-Alain Boumsong, défenseur maladroit contre le Steaua Bucarest la veille en Champion's League, accompagné de l'à peine trentenaire gardien Rémy Vercoutre. Et des cadres Claude Puel (entraîneur), Olivier Blanc, dir'com de l'OL et son président Jean-Michel Aulas. Champagne pour les deux derniers, bière pour les trois autres. Boumsong, immense dans son costume gris rayé, sirotant des mousses blondes, avait l'oeil "mauvais" quand il regardait Aulas. Vercoutre, lui, était tout sourire, trinquant avec Olivier Blanc. Quant à Puel et au boss, ils tchin-tchinaient à la rocambolesque victoire de mardi. "Ca, c'est du plaisir" répétait à l'envie JMA.

Le champagne se vend bien, merci
A deux pâtés en croûte du pool foot, Frédéric Guillermin, responsable Rhône de Ruinart s'ébaubissait de tant de beau monde, accrocs à ses magnums de blanc de blancs. "Ruinart, ça marche fort !". Tandis qu'un confrère de la maison "Bouchard Père et Fils, grand vins de Bourgogne depuis 1731" moustachait joyeusement. Avant de m'éclipser, un avocat me glissait que Cyril Nitard, l'ancien chef des lieux était "chaos" et était parti en retraite culinaire au Cercle de l'Union, cénacle de chefs d'entreprise et de notables lyonnais très fermé. Comme quoi, cuistot ça use.
Des people donc. Certes. Mais c'est Clovis Cornillac quand même.
JoFé se jaugera maintenant dans les assiettes. Le peu qu'on en ait aperçu... donne en tous cas un bon aperçu.

* du champagne Ruinart.

> JoFé. 3, rue des remparts d'Ainay. 2e. 04 78 37 40 37. Menu déjeuner : 19 euros. Menu dîner : 29 et 39 euros.

à lire également

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut