"Allo quoi" : le buzz Nabilla peut-il encore perdurer ?

Émissions de télévision, Anges de la télé-réalité 5, interviews dans la presse, buzz sur les réseaux sociaux : le phénomène Nabilla continue toujours de faire parler de lui. Depuis sa fameuse phrase "Non, mais allo quoi, t'es une fille, t'as pas de shampoing ?", Nabilla fascine ou agace. Mais le phénomène peut-il survivre dans un monde qui passe d'un buzz à l'autre ?

Retrouvez également : Nabilla chassée de Wikipedia

Mercredi 6 mars : la France découvre le phénomène Nabilla. Cette jeune femme lâche une phrase qui deviendra célèbre dans les Anges de la télé-réalité sur NRJ 12 : "Non, mais allô quoi, t'es une fille et t'as pas de shampoing ? C'est comme si t'es une fille et que t'as pas de cheveux". Rapidement, c'est le buzz, les parodies apparaissent. La phrase fait rire, attriste, énerve et tourne en boucle sur le web et à la télévision. Certains sentent un filon à exploiter. Des marques comme Ikea et Darty s’amusent à détourner la formule dans leur publicité. La Grosse Équipe, maison de production des Anges dépose la phrase et le "allo quoi" à l'INPI. Nabilla fait de même en la faisant précéder de son prénom. Les médias se battent pour obtenir des interviews ; parmi elles le Grand Journal de Canal Plus. Ils entretiennent alors le phénomène d’attraction / répulsion qui permet de maintenir le buzz. La jeune femme tente de maîtriser sa communication, mais ne "produit plus rien". Sortie de la phrase : le vide.

Une phrase puis rien

Difficile de maintenir un buzz sans apporter de nouveaux éléments. Voilà bientôt deux mois que la formule a été prononcée sans qu'une autre aussi percutante ne relance "la magie". Pourtant dans les émissions et interviews, Nabilla ne manque pas d’enchaîner les perles (in)volontaires, sans jamais retrouver le punch de sa déclaration phare. Cette dernière a été depuis largement reprise, modifiée, et surtout est devenue incontrôlable. Le web s’en est emparé. La phrase a envahi les cours d'écoles et les adolescents s'amusent avec, mais tout cela devient répétitif. Aujourd'hui, le fameux "allo quoi" devient progressivement "has been".

L’overdose

La situation ne va pas s’arranger durant les prochaines semaines. On apprend désormais que Nabilla aurait signé un contrat avec une marque de shampoing. Après les publicités non officielles, voici donc qu'arrivent celles autorisées. Au-delà de la pertinence d'associer une marque à Nabilla, ce partenariat soulève une autre question : celle de l'overdose. Difficile de trouver encore drôle le "allo quoi" s'il est répété inlassablement et martelé pour vendre des produits. De "has been", la phrase deviendrait alors un peu plus pathétique.

Les limites du buzz

Le cas Nabilla soulève une nouvelle fois les limites des buzz. Rares sont les personnalités capables de se hisser au-dessus de la mêlée et refusant de répéter inlassablement ce qui a fait leur succès. Mais un changement radical ou une évolution de celui qui fait le buzz pose lui aussi un problème : le public peut ne plus adhérer. Le chanteur sud-coréen Psy s'est retrouvé face à cette situation. Son titre Gangnam style a été vu plus de 1,5 milliards de fois sur Youtube. Mais le phénomène a commencé à lasser, y compris l’artiste lui-même, fatigué de répéter toujours la même chorégraphie sur les plateaux télé du monde entier. Son nouveau titre Gentleman ainsi que le clip qui l'accompagne reste pourtant proche de Gangnam style, histoire de conserver le public qui a adhéré tout en lui offrant un peu du sang frais. L’équilibre est complexe.

Que peut créer Nabilla ?

Pour Nabilla les choses sont plus compliquées. Aujourd'hui que peut "créer" la jeune femme pour perdurer ? Sortir une nouvelle phrase ? Faire de nouvelles émissions de télé-réalité ? Un CD ? Profiter de sa plastique pour des photos ? Tout cela reste léger, surtout que les prochaines semaines vont être surchargées en matière d'actualités people et de starlettes. Au mois de mai, le Festival de Cannes attirera tous les objectifs, Nabillla tentera bien d'en profiter en se rendant sur la croisette. Le Grand Journal surfera une nouvelle fois sur la mode en la recevant sur son plateau. Mais, les émissions de télé-réalité estivales vont également bientôt débuter à l'image de Secret Story et un nouveau phénomène people devrait alors apparaître.

Monde jetable

Nabilla rappelle une nouvelle fois notre capacité à passer d’un buzz à l’autre. Les personnalités issues de la télé-réalité peinent à rebondir et les cas qui sont parvenus à perdurer en se renouvelant sont extrêmement rares contrairement à ceux ressortis broyés, pressés par le système, puis jetés. Deux mois après le "allo quoi", l'absence de nouveauté tend à prouver que le phénomène Nabilla va s'éteindre progressivement. Comme tous les buzz, il disparaîtra au profit d'un nouveau que nous adulerons ou détesterons, mais dont tout le monde parlera pendant un temps. Monde éphémère, monde jetable.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut