DOSSIER

Lyon Capitale de la BD

“J’avais dû mettre un slip au surfeur d’argent”


Par Raphaël Ruffier-Fossoul et Sonia Baritello
Publié le 09/06/2015  à 09:56
Réagissez

Pendant vingt ans, c’est un Lyonnais, Jean-Yves Mitton, qui détenait le monopole Marvel en France : Captain America, Hulk ou Spiderman sont tous passés au bout de sa plume, pour qu’il les adapte à la censure d’une France gaullienne bien puritaine. Quand Giscard a laissé plus de liberté aux auteurs, il s’est bien rattrapé avec ses grandes séries à succès, Vae Victis et Chroniques barbares, des BD à la fois violentes et sensuelles.

Le dessinateur Jean-Yves Mitton dans les bureaux de Lyon Capitale, le 8 juin 2015 © Tim Douet
© Tim Douet
Le dessinateur Jean-Yves Mitton dans les bureaux de Lyon Capitale, le 8 juin 2015.

Jean-Yves Mitton est une légende vivante de la BD et le témoin d'une période glorieuse méconnue des Lyonnais : après la Seconde Guerre mondiale, Lyon, qui était la capitale de la presse durant l'Occupation, devient naturellement celle du magazine BD. Des revues comme Titans, Fantax ou Strange, éditées à Lyon, se vendent dans toute la francophonie à plusieurs centaines de milliers d'exemplaires, jusqu'à leur disparition à la fin des années 1980.

C'est d'ailleurs parce que Jean-Yves Mitton fait les beaux-arts de Lyon qu'il se lance dans la BD. “Il y avait alors quatre grandes maisons d'édition à Lyon, si j'avais fait mes études à Bordeaux ou Toulouse [dont il est originaire], je ne me serais pas lancé dans le dessin”, confie celui qui a créé de nombreuses séries à succès (Vae Victis, Chroniques barbares) et des héros de science-fiction comme Mikros et Kronos.

Dans notre entretien vidéo (à visionner ci-dessous), Jean-Yves Mitton raconte l'histoire de la censure, à une époque (avant mai 68) où la France était plus puritaine que les comics américains. Il fallait supprimer les scènes de violence, réduire la taille des poings des super-héros, par exemple, effacer toutes les onomatopées, reprendre les formes jugées trop sensuelles pour “la jeunesse”… Mais cette aventure lui a permis de créer ses propres histoires de super-héros, et même de lancer quelques super-héros dont certains ont aussi fait carrière de l'autre côté de l'Atlantique.

Découvrez “Le Bouchon déchaîné” en cliquant ici.

  • Actuellement 5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 5/5 (8 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

Vos réactions
0 commentaire

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.