Wauquiez : “Je suis contre l’accueil de migrants dans la région”

Le président du conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes avait convoqué la presse ce jeudi afin de réagir sur le plan du Gouvernement pour démanteler la jungle de Calais. Un plan qui prévoit de transférer 1 784 réfugiés en Auvergne-Rhône-Alpes et que Laurent Wauquiez a qualifié de “folie”.

Au milieu du hall de l’hôtel de région, debout devant un drapeau français, un drapeau européen et deux affiches vantant les mérites de la région, Laurent Wauquiez a critiqué ce midi les méthodes du Gouvernement : “La façon dont le ministre [M. Wauquiez évoque ici M. Cazeneuve, NdlR] procède est inacceptable et c’est une marque de mépris complet pour les élus et habitants de la région. À aucun moment les élus n’ont été informés.”

Selon le président du parti Les Républicains, “les préfets ont reçu des instructions, où le ministère de l’Intérieur a inscrit noir sur blanc que ce projet serait fait sans concertation avec les habitants et les élus”.

“La France ne peut plus accueillir toute cette immigration irrégulière”

Laurent Wauquiez a qualifié le plan gouvernemental de “folie” et de “plan caché” et affirmé qu’il ne laisserait pas faire. “Nous exigeons la transparence, a-t-il poursuivi. Nous exigeons que l’on sorte de cette mascarade et je veux une réunion au ministère de l’Intérieur avec la communication [de la liste] de toutes les communes de la région qui sont envisagées pour accueillir des migrants. Une réunion où tous les maires pourront venir avec nous dans une délégation.”

Sur le fond, Laurent Wauquiez a affirmé qu’il était “contre l’accueil de migrants dans notre région”. Plus largement, selon lui, “la France ne peut plus accueillir toute cette immigration irrégulière. Dans un pays avec une telle difficulté de chômage, une telle difficulté d’insertion dans l’emploi et d’intégration, le Gouvernement est en train de faire un gigantesque appel d’air”.

Laurent Wauquiez aidera “les maires à se défendre”

Pour les maires qui ne voudront pas accueillir de migrants, le président du parti Les Républicains a été très clair : “Visiblement, l’objectif de ce plan est de cibler les communes rurales, où les maires ont peu de moyens juridiques et sur lesquelles le Gouvernement fait pression. C’est d’un cynisme particulièrement choquant. Nous serons donc au côté des maires quand ils le demanderont pour les aider à se défendre par des moyens, y compris juridiques, pour se défendre contre les pressions du Gouvernement. Si des pressions sont exercées avec des chantages à la subvention, nous accompagnerons ces communes pour les aider à résister.”

Quant à ceux qui en accueilleront : “Si des maires veulent revitaliser leur centre-bourg avec 50 migrants, c’est leur décision et leur responsabilité en tant qu’élu. Mais je ne me livrerai pas à une politique d’accompagnement des maires qui veulent accueillir des migrants”, a déclaré le président du conseil régional.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut